Partager


Importante saisie de cocaïne par les agents du bureau secondaire des douanes frontalières de Kourémalé le 21 novembre dernier. La valeur de la drogue saisie est estimée à 1,050 milliards de FCFA.

Les douaniers viennent d’effectuer une grande opération de saisie de drogue, de 35 kg de cocaïne. En effet, le 21 novembre 2007 était la plus mauvaise journée de l’année 2007 réservée au Togolais Chini Julien Koffi et au Nigérian Kennedy N’Didi, tous deux spécialisés dans le trafic des stupéfiants.

Comme stipule la principale règle de la frontière, aucun véhicule ne franchit la barrière sans passer à la douane pour obtenir le laissez-passer. Chini Julien Koffi et Kennedy N’Didi, qui ne seraient pas à leur première opération, étaient arrivés à la frontière en provenance de la Guinée voisine aux environs de 7 heures du matin et c’est vers 9 heures 5 minutes du matin que les deux trafiquants se présentaient à la douane, pour remplir les formalités relatives à l’obtention du laissez-passer touristique pour Bamako.

Selon le chef du bureau des douanes frontalières, le Capitaine N’Tjiké Diarra, au moment de l’établissement du document relatif au laissez-passer touristique, il a été constaté que Chini Julien Koffi est de profession peintre automobile et non chauffeur comme il prétendait le faire croire aux uns et aux autres.

De plus, il était à son cinquième passage au bureau des douanes frontalières de Kourémalé depuis le mois de mai 2007, dont le dernier passage remontait au 11 novembre 2007. C’est ainsi que le chef du bureau des douanes maliennes de Kourémalé a automatiquement ordonné aux agents en service d’approfondir le contrôle. Auparavant, Chini Julien Koffi avait déclaré qu’il n’y avait rien à bord de sa voiture (une Opel immatriculée RC 0446 N).

Une seconde fois, suite à une question à lui, posée par un douanier, qui voulait réellement savoir s’il n’y avait aucun bagage à bord de son véhicule, Chini Julien Koffi a fait savoir, que seuls ses effets personnels étaient dans la voiture. Mais reconnu pour sa curiosité, le douanier averti tombe difficilement dans les pièges des trafiquants.

Face à ce soupçon qui pesait sur la vraie profession de Chini Julien Koffi, les éléments des douanes en service ont décidé de procéder à la fouille du véhicule du dénommé en lui demandant d’ouvrir les portières de sa voiture.
Selon le Capitaine N’Tjiké Diarra, une première fouille se révélera infructueuse. Toutefois, en ouvrant le véhicule, un agent a constaté la lourdeur de la portière droite de la voiture, dans laquelle quelque chose semblait bouger, tel que le constatait le chef du bureau.

En plus, a-t-il ajouté, la portière droite du véhicule était très lourde. Le soupçon devenant plus pesant, a déclaré le Capitaine N’Tjiké Diarra, il fallait démonter la portière droite du véhicule et procéder à une fouille normale. Après avoir enlevé le plastique qui couvrait l’intérieur de la portière, la découverte, dira le chef du bureau des douanes de Kourémalé, se passait de tout commentaire. Les douaniers ont découvert des petits paquets noirs contenant de poudre blanche de 1 kg chacun.

Sans se poser d’autres questions, les agents des douanes de ce bureau frontalier du Mali vers la Guinée Conakry ont accentué leurs fouilles en ouvrant les autres portières et le compartiment moteur de l’«OPEL». Ce qui a abouti à la découverte d’autres petits paquets noirs contenant tous de la poudre blanche de 1 kg chacun, avec une odeur semblable à celle de la cocaïne.

Après le décompte, ce sont 35 paquets de drogue «Cocaïne» qui ont été découverts à bord de ce véhicule. Sans perdre de temps, le chef du bureau informa sa hiérarchie, qui a urgemment envoyé sur Kourémalé une équipe de la brigade des stupéfiants. Après test et vérification, l’opération réalisée par les agents des douanes s’est révélée être une réussite, puisqu’il s’agit de la plus grande saisie de cocaïne non coupée dans notre pays depuis plusieurs années.

Selon les déclarations de Chini Julien Koffi, chaque paquet de cocaïne est cédé à 30 millions de FCFA. Comme il y a eu 35 paquets de 1 kg qui ont été trouvés à bord du véhicule, le calcul est simple. C’est pourquoi, sur la base des propos des deux trafiquants, cette quantité de drogue devait leur apporter la bagatelle de 1 milliard 50 millions de FCFA.

Auparavant, a ajouté le chef du bureau des douanes de Kourémalé, lors de la fouille corporelle des deux trafiquants, il a été découvert sur eux la somme de 4 700 euros et 1 123 500 Francs Guinéens.

Chini Julien Koffi avait sur lui une pièce d’identité togolaise dont le numéro est 13359/03CP3D en date du 16/12/2003 établie à Lomé, dans laquelle, il est né le 12 février 1970 à Kouvé (Togo) fils de Chini Omedgrovi Gabriel et Azougou Massan. Sur sa carte, il est bien mentionné que Chini Julien Koffi est de profession peintre automobile, domicilié à Lomé dans le quartier Totsi Msou Kpouvi non loin de la station Mobile.

Quant à Kennedy N’Didi, qui n’avait pas de pièce d’identité sur lui, il aurait déclaré, qu’il est né le 15 avril 1967 à M’Gbo dans la sous préfecture d’Enugu au Nigeria, de nationalité nigériane. Il dit qu’il est le fils de Godwin et de Elisabeth N’Didi Aka. Commerçant de profession, Kennedy N’Didi vit à Bamako depuis quelques années au quartier Magnambougou.

Le chef du bureau des douanes de Kourémalé, après avoir rempli toutes les formalités a dressé un procès-verbal qu’il a transmis au juge de paix de Kangaba, lequel a désormais le sort des deux trafiquants entre les mains.

Par ailleurs, il faut signaler que Chini Julien Koffi et Kennedy N’Didi avaient à bord de leur véhicule, 18 kg bien emballés de chanvre indien, un stupéfiant appartenant à la catégorie des drogues douces.


Zhao Ahmed BAMBA

28 novembre 2007.