Partager

La Direction générale des marchés publics est l’un des services les plus sensibles de la République. Créée en 1990, elle contrôle la régularité des procédures de passation des marchés publics.

A cet titre, elle analyse les avant-projets de dossiers d’appel d’offres de marchés publics, apprécie les études publiques. Elle veille au contrôle et à l’organisation des procédures de consultation en vue de l’adjudication et l’attribution des marchés de travaux, fournitures ou services ; assure le contrôle technique, administratif et financier de l’exécution des marchés publics. Elle suit le règlement des litiges et participe à l’élaboration des projets de textes réglementaires relatifs à la passation et à l’exécution des marchés.

La DGMP comme on l’appelle communément est divisée en deux sous – directions : la sous direction des analyses et du contrôle et la sous direction des méthodes et procédures. La DGMP constitue un instrument privilégié d’exécution du budget d’Etat, car elle représente un gage de transparence des marchés publics. Elle est également un instrument précieux de maîtrise des dépenses et participe à la bonne gouvernance.

Le volume des marchés publics passé par la DGMP au cours des trois dernières années est impressionnant. En 2002, le montant total des dépenses de l’Etat exécutées par le biais des marchés publics se chiffre à 160 milliards de F CFA soit 560 marchés dont 364 par appel d’offres ouvert, 132 par appel d’offre restreint et 64 par entente directe.

En 2003, le montant total des dépenses de l’Etat exécutées via les marchés publics s’est élevé à 131 milliards, soit 834 marchés dont 580 passés par appel d’offres ouvert, 152 par appel d’offres restreint et 102 par entente directe.

En 2004, le montant était de 102 milliards, soit 991 marchés dont 583 passés par appel d’offres ouvert, 239 par appel d’offres restreint et 109 par entente directe. Les perspectives de la DGMP tournent autour de trois axes majeurs : l’amélioration des procédures de passation des marchés publics dont l’axe central est la relecture du code des marchés publics, le renforcement des capacités des services publics chargés de la passation des marchés publics, dont des séminaires de formation et les ateliers de sensibilisation constituent les principales activités.

Les outils de travail seront modernisés à travers l’élaboration d’un manuel d’appréciation des études et l’enveloppe financière des marchés publics, la centralisation et le suivi des plans de passation des marchés, l’élaboration d’une banque de données sur la passation des marchés publics, la mise en place d’un journal des marchés publics et d’un logiciel de gestion du courrier et l’informatisation des activités.

15 Décembre 2008