Partager

La tourmente financière mondiale s’impose vendredi en invitée de dernière minute lors de deux réunions de haut niveau dans la capitale québécoise, un sommet UE-Canada et un autre rassemblant les pays de la Francophonie. Le chef de l’Etat français Sarkozy, président en exercice de l’UE, était attendu en fin de matinée à Québec pour une journée très chargée, avant d’aller s’entretenir samedi après-midi avec le président Bush de la réorganisation du système financier mondial. Auparavant, la crise aura figuré en bonne place dans les entretiens de M. Sarkozy et du président de la Commission européenne José Manuel Barroso avec le Premier ministre canadien M. Harper, dans le cadre d’un bref sommet entre l’Union européenne et le Canada. La crise s’est aussi invitée au sommet de la Francophonie, qui débutera dans la soirée en présence du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon et d’une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement, dont le président sénégalais Abdoulaye Wade. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, est l’invité spécial du sommet. (Afp)