Partager

Pour prétendre avoir quelque chose, il faudra la concevoir d’abord avant d’entamer le processus de réalisation et de concrétisation. Cela parait être une évidence à la direction générale de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi(ANPE). Cette agence se positionne désormais comme le leader incontestable de création et de promotion d’emplois au Mali.

En effet les experts en la matière, nous enseigne que « la crise de l’emploi réside dans une crise d’information ». L’agence dirigée par Ibrahim Ag NOCK, ambitionne d’être le N°1 en termes de création d’emplois pour les jeunes dans les années à venir. Conscient des effets néfastes et corollaires du chômage pour une jeunesse en perte de repère dans un pays en crise, le chômage peut constituer une bombe à retardement avec des conséquences désastreuses pour toute la nation. C’est pourquoi, l’ANPE procède à des remises de chèque dans le cadre du financement d’activité génératrice d’emplois, la distribution de kits d’information pour l’auto-emploi dans les régions à forte potentialité économiques, sont entre autres les initiatives par lesquelles l’actuel directeur Ag NOCK et ses collaborateurs défient les obstacles de l’insécurité au nom de leur engagement contre le chômage des jeunes. Pour atteindre cet objectif, la Direction met tout en œuvre pour qu’il en soit aussi. Les domaines d’intervention sont aussi variés que les cibles. On peut citer entre autres, l’appui à l’artisanat et au maraichage, en passant par le séchage de viande, en prêtant une attention toute particulière au défi d’insertion socioprofessionnelle de groupes vulnérables comme les femmes, les personnes en situation de handicap et les rapatriés maliens.

Dans l’optique d’éradiquer ce fléau, le gouvernement de la République a mis en place un plan stratégique de développement de l’ANPE qui repose par ailleurs sur l’intérêt soutenu accordé à la formation et au perfectionnement ainsi que la prise en compte de son rôle d’interface entre les porteurs de projets et les sources de financement et de garantie. Dans le premier domaine, la structure compte à son actif plus de 3 000 formations qualifiantes et 700 diplômés, tandis qu’elle vient de se manifester, dans le second, avec l’organisation d’un salon ayant permis de signer de nombreuses conventions entre les entreprises et des partenaires de l’emploi.

Des performances ayant sans doute contribué à tirer vers le haut les indicateurs et à enrichir un enviable tableau annuel 2017 avec des résultats qui dépassent largement les prévisions. Avec 88,2% de réalisation des activités programmées, on dénombre 1227 emplois générés dans le cadre de l’auto-emploi, soit un taux de progression de 123%. Même tendance haussière pour ce qui est de la formation avec 132% de taux de réalisation. Même si, le Directeur général est conscient qu’il faut redoubler d’efforts dans le domaine de l’adéquation du marché de l’emploi avec les profils réclamés par les employeurs. En effet, sur 6 790 demandes recueillis dans l’année, 4 111 offres disponibles n’ont été satisfaits qu’à hauteur de 48%.

Ces statistiques prouvent à suffisance, que l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi, est le leader incontestable en termes de création et de promotion de l’emploi au Mali, grâce au leadership de l’ancien DG du Centre Nationale de la promotion pour le volontariat (CNPV). Les plus hautes autorités du Mali doivent prêter une oreille attentive aux doléances de l’ANPE, afin qu’elle soit en mesure d’atteindre ses objectifs pour le plus grand souhait des Maliens. La lutte contre le chômage, équivaut à la lutte contre le terrorisme aussi, car les chômeurs sont des proies faciles pour des prédateurs, une couche fragile susceptible de basculer dans le mauvais sens.

Seydou Diarra

Du 22 Décembre 2017