Partager

La Cour pénale internationale (CPI) a condamné vendredi l’ancien chef de milice congolais Germain Katanga à 12 ans de prison pour sa complicité dans la destruction en février 2003 d’un village du nord-est de la République démocratique du Congo. Le temps déjà passé en détention à La Haye, à savoir près de 7 ans, sera déduit de la peine prononcée. La CPI avait jugé en mars que Germain Katanga, 36 ans, s’était rendu coupable de complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, pour avoir facilité et coordonné l’approvisionnement en armes des membres de sa milice, qui avait attaqué le 24 février 2003 le village de Bogoro. Surnommé Simba (le lion) pour sa férocité, Germain Katanga était le commandant des Forces de résistance patriotiques en Ituri (FRPI), une milice créée fin 2002 avec un soutien ougandais et dont de nombreux membres, des ethnies lendu et ngiti, sont soupçonnés d’avoir participé à des massacres à caractère ethnique dirigé contre des Hema, une autre ethnie de la région. M. Katanga pourra, dès septembre 2015, demander une libération conditionnelle aux deux-tiers de sa peine, a affirmé M. Hooper. Le premier condamné de la CPI, Thomas Lubanga, avait été condamné à 14 ans de prison pour avoir enrôlé et utilisé des enfants soldats. AFP.