Partager

La Cour suprême d’appel sud-africaine a ouvert lundi la voie à une reprise des poursuites pour corruption contre le chef du parti au pouvoir et favori à la prochaine présidentielle Jacob Zuma, en annulant une décision de première instance qui avait invalidé la procédure. Le 12 septembre, un juge de Pietermaritzburg (sud) avait invalidé les poursuites contre le chef du Congrès national africain (ANC) pour des raisons de forme. Le vice-président de la Cour suprême d’appel, a estimé que les motifs du juge n’étaient pas valides et a donné raison au parquet général, qui avait introduit l’appel. La Cour suprême d’appel a également estimé que le juge de première instance avait « outrepassé » sa compétence en accusant l’ex-président Mbeki de s’être ingéré dans les poursuites pour corruption de son rival Jacob Zuma. Dans ses attendus, le juge de première instance avait évoqué des interférences du gouvernement dans le dossier, ce qui avait conduit l’ANC à ordonner à M. Mbeki de démissionner de la présidence sud-africaine. (Afp)