Partager

L’ancien chef du Bureau des douanes de Koury écope de 10 ans de réclusion et de 300 000 FCFA d’amende

Les travaux de la troisième session de la Cour d’assises en transport ont débuté, lundi 7 juillet, dans la salle de spectacle «Miéru Ba». La cérémonie d’ouverture était présidée par le Premier Président près la Cour d’Appel de Bamako, en présence du Directeur de Cabinet du Gouvernorat de Ségou, représentant le chef de l’exécutif régional, du Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako, du maire de la commune urbaine de Ségou, du Président du Conseil de Cercle et d’une foule venue en grand nombre.

Pour cette première journée des travaux de la Cour d’assises en transport à Ségou, il y avait quatre affaires au tableau. Ce premier jour a été marqué par la comparution de l’ancien chef du Bureau des douanes frontalières de Koury dans le cercle de Yorosso à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, Abdoulaye Ongoïba. Il lui est reproché le détournement de 161 612 215 FCFA au préjudice de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM).

A la barre, l’accusé a plaidé non coupable tout en reconnaissant le montant qui a manqué à l’appel sous sa gestion en tant que chef du bureau des douanes de Koury.

Abdoulaye Ongoïba a soutenu qu’il n’a ni détourné, ni volé un franc au préjudice de la CCIM. Il a déclaré qu’au niveau de la douane, la plupart des paiements se font à partir des bons. Si le paiement des bons prend ou connaît un léger retard, cela peut causer un manque à gagner pour la Douane voire pour la CCIM.

Dans le cas précis du bureau des douanes de Koury, le paiement des bons a connu un grand retard. La défense a, pour sa part, déclaré qu’il y a eu beaucoup d’incorrections dans cette affaire.

L’Inspecteur qui était allé faire le contrôle chez Ongoïba a nuitamment faire signer le PV par son client, toute chose qui démontre qu’il y a eu manquement à la règle depuis le départ.

Par ailleurs, après l’arrestation de Abdoulaye Ongoïba, la défense a pu récupérer 53 millions de FCFA, à partir des bons qui ont été payés par les clients.

Ces 53 millions ont été versés à la direction générale des douanes contre des reçus de versements.

A la barre, la partie civile a déclaré que, jusqu’ici, la CCIM n’a perçu aucun franc de la part de la direction générale des douanes. Pour sa part, M. Doumbia du Contentieux de l’Etat a soutenu que la direction générale de la douane n’a pas joué franc jeu avec la CCIM. Ainsi, après la comparution des différentes parties, la Cour a condamné Abdoulaye Ongoïba à 10 ans de réclusion, au paiement de 108 615 420 FCFA et une amende de 300 000 FCFA.

Poursuivi pour trafic d’enfants, Seydou Yolo a plaidé coupable pour les faits qui lui sont reprochés. Au début, il avait tenté de noyer le poisson en déclarant que son activité n’était pas du trafic d’enfants, mais il a vite fait de craquer et de se mettre à table sous le feu roulant des questions des magistrats. Il a écopé de 2 ans d’emprisonnement.

Quant à Ousmane Sidibé, agent de l’ASECNA, poursuivi pour attentat à la pudeur, il a, pour sa part, écopé de 5 ans de prison dont 4 avec sursis et un an ferme.

Accusé pour pédophilie (puis viol) Salif Coulibaly dit MC a été condamné au paiement de 400 000 FCFA d’amende à titre de dommages et intérêts à la Namissa.


Zhao Ahmed BAMBA

Envoyé spécial

09 Juillet 2008