Partager

Broulaye Bagayogo écope de la peine capitale pour tentative d’assassinat

A quatre jours de la fin de ses travaux, les magistrats de la Cour semblent décidés à ne plus tolérer les crimes portant sur les atteintes à la vie. La séance du lundi 21 juillet 2008, qui s’est poursuivie tard dans la nuit du mardi 22 juillet, a vu la condamnation à mort de Broulaye Bagayogo pour avoir tenté d’assassiner Badian Coulibaly en fin décembre 2006 dans la zone aéroportuaire de Kalabancoura.

A la barre pour répondre des faits de tentative d’assassinat qui lui sont reprochés, Broulaye Bagayogo n’a pu nier son forfait. Il faut dire que les dits faits remontent dans la nuit du 24 décembre 2006.

Broulaye Bagayogo et Badian Coulibaly, respectivement tôlier et employé de commerce, s’adonnaient à un commerce frauduleux portant sur la vente de motos et autres articles en provenance de la Guinée Conakry. C’est ainsi que le sieur Badian Coulibaly s’est trouvé débiteur à Broulaye Bagayogo, de la somme de 2 500 000 FCFA au titre de reliquat de prix de cession de motos.

Ayant senti que le recouvrement de sa créance était menacé après quatre mois d’attente, Broulaye Bagayogo mûrit l’idée de proposer une offre fictive de motos à son partenaire tout en exigeant le règlement de la précédente créance. Ainsi, le 24 décembre 2006, aux environs de 17 heures, Broulaye Bagayogo, à bord d’un 4X4 Nissan qu’il avait en réparation, embarqua sa victime en vue de lui présenter lesdites motos à la périphérie de Kalabancoura, à la limite de la zone aéroportuaire.

A ce niveau, il fit descendre Badian Coulibaly de la voiture et lui-même est resté au bord de la chaussée.

Quelques minutes plus tard, il retournait et embarquait de nouveau Badian Coulibaly. A peine que celui-ci eut pris place à nouveau dans la le véhicule, Issa Diarra, un complice de Broulaye Bagayogo surgit du chaise arrière pour saisir Badian Coulibaly par le cou.

Au même moment, Broulaye sortit une bouteille de gaz dont il aspergea le contenu sur le visage de Badian Coulibaly. Celui-ci finit par perdre connaissance. C’est en ce moment que Broulaye Bagayogo et Issa Diarra ont déshabillé leur victime tout en la dépouillant de tout le contenu de ses poches.

Ils emportèrent ainsi la somme de 4 875 000 FCFA et un chèque bancaire de 68 000 FCFA. Après leur forfait, Broulaye Bagayogo a remis à Issa Diarra la somme de 500 000 FCFA tout en gardant le reste.

Badian Coulibaly, ayant totalement perdu connaissance, fut abandonné par ses agresseurs. Il a eu la vie sauve grâce au fait qu’il s’était fait passer pour mort. Sinon, comme il est ressorti des débats et de l’enquête préliminaire, Broulaye Bagayogo voulait en finir avec lui à l’aide d’un gros caillou.

Après avoir retrouvé ses esprits en cours de nuit, Badian Coulibaly a bénéficié du concours d’un boutiquier qui alerta successivement le commissariat du 11ème Arrondissement et la Protection Civile. Convaincu du succès de son opération, Broulaye Bagayogo sollicita le concours d’un de ses amis, en la personne d’Abdrahamane Sidibé, afin de le conduire chez un marabout à Kalabancoro-Adeken, qui n’hésita point à lui assurer une protection occulte moyennant la somme de 540 000 FCFA.

Interpellé aussi bien au stade de l’enquête préliminaire qu’à la barre, Broulaye Bagayogo reconnut les faits qui lui sont reprochés en dénonçant les nommés Issa Diarra, Mama Sidibé et Abdrahamane Sidibé pour leur soutien respectif.

Devant donc la Cour, Broulaye Bagayogo a avoué son forfait tout en invoquant l’adage selon lequel «Une faute avouée est à moitié pardonnée». Mais ce ne fut pas le cas pour Broulaye Bagayogo qui, en dépit du soutien de taille de son avocat, n’a pas échappé aux foudres des magistrats du jour.

Auparavant, le ministère public, fort de toutes les preuves attestant la culpabilité de Broulaye Bagayogo dans cette tentative d’assassinat de Badian Coulibaly, avait demandé à la Cour de retenir Broulaye Bagayogo dans les liens de l’accusation et lui infliger la sanction qu’il mérite.

Après délibération, la Cour a condamné Broulaye Bagayogo à la peine de mort, au remboursement du reliquat de l’argent de Badian Coulibaly en plus d’une amende de 500 000 FCFA. Il faut préciser que Broulaye Bagayogo avait déjà payé la somme de 3 600 000 FCFA à Badian Coulibaly.

Autrement dit il lui reste à payer à sa victime la somme de 826 730 FCFA. Issa Diarra, qui n’a pas comparu, a été condamné par contumace à la peine capitale.

Zhao Ahmed BAMBA

Envoyé spécial

23 Juillet 2008