Partager

Procès sur la mort de Modibo Kéïta : La Cour d’Appel pourra t-elle faire comparaître Moussa Traoré là où le tribunal a échoué ?

Le feuilleton judiciaire opposant le doyen Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni aux héritiers de Dr Faran Samaké est loin de connaitre son épilogue. Amadou et Fanta Samaké qui avaient été déboutés de leur requête contre Amadou Djicoroni par le tribunal correctionnel de la commune III, ont interjeté appel auprès de la Cour d’Appel. L’audience qui s’était ouverte le lundi 27 février a été finalement renvoyée au lundi 16 avril. Si lors des audiences tenues en 2011, le tribunal n’a pas pu établir la responsabilité de Faran Samaké dans la mort de Modibo Kéïta, faute de preuve formelle, y a-t-il lieu de s’attendre, pour cette fois, à une certaine amélioration de la part de la Cour d’Appel ? Quand on sait que la justice a maille à faire comparaître à la barre Moussa Traoré considéré comme le principal témoin dans ce dossier.

A l’audience publique du 8 septembre 2011, le tribunal correctionnel de la Commune III statuant publiquement et contradictoirement, en matière correctionnelle et en premier ressort a déclaré le prévenu Amadou Seydou Traoré non coupable des faits de diffamation à lui reprochés.
Déboutant ainsi les parties civiles de leur demande. Ce qui n’était pas pour plaire aux enfants de Faran Samaké déterminés à laver le nom de leur père dans la mort de l’ancien président Modibo Kéïta. Ils ont interjeté appel auprès de la Cour d’appel. Qui, en date du 3 février 2012, a cité Amadou Djicoroni à comparaitre et se trouver devant la Cour d’appel de Bamako en son audience publique du lundi 27 février.

En effet, l’audience du lundi 27 février qui s’est ouverte sous la présidence de Mama Diarra, Conseiller à la Cour et en présence du conseil de la partie civile, Ousmane A Bocoum et des avocats de la défense, n’aura pas duré plus d’une demi-heure. Puisqu’après lecture de la citation, les deux parties ont aussitôt engagé une discussion sur le report de l’audience. Le camp de Amadou Djicoroni a proposé la date du 12 mars. Alors que celui des héritiers de Faran Samaké avait proposé celle du 16 avril. C’est justement cette date qui a été maintenue.

Faut-il rappeler que les enfants de feu Faran Samaké ont porté plainte contre Amadou Djicoroni, à qui, ils reprochent d’avoir accusé injustement leur père, à l’époque médecin traitant de Modibo Kéita, d’avoir assassiné ce dernier par empoisonnement. Lors des audiences qui s’étaient déroulées dans le courant de l’année 2011, beaucoup de témoins se sont succédé à la barre à l’exception du Colonel Youssouf Traoré et de l’ancien président le Général Moussa Traoré. Ces deux membres influents du CMLN avaient pourtant été cités à comparaitre.
Le tribunal n’est jamais parvenu à les trainer à la barre.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 29 Février 2012