Partager

Après les attaques frontales sans fondement du général président contre les enseignants du secondaire, la COSES décide de maintenir son mot d’ordre de boycott des évaluations du BAC, du CAP, du BT et des examens des IFM.

Le peuple malien a été témoin de la mise en scène qualifiée d’évaluation par le gouvernement malien.

Oui des évaluations calamiteuses, hors norme, sans objet pédagogique, honteuses organisées par le département des enseignements secondaire qui a utilisé tous les moyens légaux et illégaux : allant des menaces aux intimidations de toutes natures avec la complicité des chefs d’établissements, des directeurs d’académies et des directeurs nationaux mal intentionnés et sans scrupule prêts à tout pour conserver leurs postes et surtout de l’AEEM alimentaire dont les responsables ne reculent plus devant l’argent, et les bons d’essences, selon le ministre Touré.

Les Maliens ont été indignés, abasourdis et effarés lorsque le général président ATT a ajouté sa dose le 08 juin dernier, plus important à ses yeux que le 22 septembre en confondant l’école et le maître ; l’enseignant et l’enseigné ; le pédagogue et la pédagogie enfin l’éducateur et l’éduqué avant de proférer des menaces, des injures et des propos diffamatoires contre cette corporation noble.

Le général ATT vient de franchir le Rubicon. Ces propos sont-ils honorables de la part d’un président de la République ? Quelle honte pour notre peuple et pour la démocratie. La fonction présidentielle va au-delà de ce geste propre aux monarques du Moyen âge.

Lorsque ATT lui-même dévoile les tares du pouvoir !
Au Mali, tout semble être permis dans la mesure où ceux qui sont chargés de gouverner n’ont pas une formation républicaine et ont vidé l’Etat malien de toute sa substance de tout son contenu et de toute sa valeur. Toutes choses revendiquées et acquises par les enseignants sous le régime colonial.

Hélas ! Ce corps enseignant sera plus tard souillé, vilipendé et traîné dans la boue par les «porteurs de gros sabots», il s’agit des militaires. ATT est un militaire. Chaque fois qu’il se réclame du corps enseignant ; il l’a fait avec ironie, mépris et haine en se moquant des enseignants qui constituent la crème intellectuelle.

Quelle jalousie ? Quelle contradiction dans les propos du président qui estime : «…on ne vient pas dans l’enseignement pour être riche….» Il lui reste de faire la liste des emplois réservés aux pauvres et ceux réservés aux riches dans les services publiques !!! Incitation au vol !

Aussi a-t-il dit : «…ces gens là, un groupuscule d’individus….». Mieux vaut le savoir, les militants de la COSES dépassent plus de 3000 personnes. Quel mépris pour ce corps noble qui appartient à la noblesse. «On ne peut pas aimer quelque chose et son contraire». Le chef de l’Etat doit savoir raison gardée en cessant de jouer avec le destin de toute une corporation sans délai. En apportant une réponse aux préoccupations du monde enseignant sans contourner les problèmes. A-t-il pris connaissance du contenu des revendications de la COSES ?

ATT déplace le problème scolaire et s’intéresse aux détails
Lorsque ATT se vante d’avoir organisé les évaluations au secondaire sans les enseignants, cela ne doit surprendre personne. Il n’a aucune maîtrise du dossier scolaire au secondaire et refuse peut être de le comprendre.

ATT a-t-il mesuré la portée de ses propos au lieu de discréditer ce corps dont-il se réclame lui-même ?

Son mérite sera de procéder à la sécurisation du Nord Mali, à la libération des OTAGES maliens détenus au Nord, au déminage du Sud d’Abéibara et Ménaka sans les militaires maliens en usant de son statut de général des armées.

Enfin de permettre aux Maliens de danser au clair de lune après avoir préparé et mangé 3 repas chaque jour.

Cela s’appelle la consécration pour le général président qui a trompé le peuple, torpillé la démocratie, régressé le niveau de vie des Maliens, mis à genoux les entreprises et sociétés d’Etat, liquidé l’école malienne, embrigadé la presse, encouragé les abus de biens sociaux, détournement de fonds et biens publics et contraint des jeunes à l’exil… Mais qu’a-t-il fait pour régler cette crise ? Rien. Son gouvernement a montré toutes ses limites…


Le Forum ou le bavardage inutile du gouvernement malien ?

Le forum proposé n’est pas la solution et ne pourra pas régler cette crise. Le forum du Nord n’a pas pu régler la question Touareg. Celui sur les prix des denrées a même contribué à augmenter les prix de tous les produits du MALI. En conséquence, le forum sur l’école ne pourra pas régler la crise scolaire. A-t-on organisé un forum pour octroyer une prime de logement aux magistrats ? Aux profs du supérieur ?

En offrant 250.000 F à 200.000 F CFA de primes aux gouverneurs de régions aux préfets et aux conseillers de la présidence, de la primature et des autres ministres ? Quelle injustice de la part du gouvernement malien ? Ce forum n’est-il pas une fuite en avant pour le gouvernement de Modibo Sidibé ? Dans ce climat, on fera un forum tous les jours sans apporter la réponse aux problèmes.

La COSES ira-t-elle à ce forum qui pourra accoucher d’une souris et ne saurait être un cadre pour examiner les doléances des syndicats d’enseignants ? Malgré les hallucinations du pouvoir, les agissements et les intimidations sans effet du ministre stagiaire des enseignements secondaire le Pr. Amadou TOURE qui a spolié la profession enseignante, la COSES ira jusqu’au bout. Elle a décidé de boycotter tous les examens au secondaire (BAC, CAP, BT, examens des IFM, INTS, EFEP…)

Des réquisitions du gouvernement et du maire du district de Bamako : un acte illégal et anti- constitutionnel
Aux yeux de la LOI, la réquisition n’est pas autorisée dans un exercice intellectuel comme les évaluations. Les enseignants concernés sont protégés par la loi et n’iront pas faire les examens.

La logique et le sens de l’honneur demanderont au ministre de se passer des services de tous les militants de la COSES. Quelle légèreté de la part du ministre Touré ? Du gouverneur Féfé Koné ? Et du maire du district Adama Sangaré ? Impliqués tous dans cette bassesse. Ces actes ignobles ternissent toujours l’image de la démocratie malienne.

Selon nos sources, tous les militants de la COSES seront en dehors de ses examens honteux du début jusqu’à la fin. Quelle honte pour notre pays ?

Contrairement aux fausses nouvelles, la poignée d’enseignants cupides du public qui y prennent part est du SNEC dirigé par un retraité Tibou TELLY !!!

ATT doit se placer au dessus des problèmes en les analysant en tant que président de la République dans le souci d’apporter des solutions idoines au lieu de chercher à les contourner en passant par les basses manœuvres ou en plaisantant. La recréation est terminée maintenant.

La mise en chantier du PDES passe par une formation de qualité en mettant des formateurs dans de bonnes conditions de travail. Aussi doit-il le savoir : «Après le pain c’est l’instruction.» L’éducation est le socle du développement d’une nation.

L’actuel gouvernement n’a pas convaincu les Maliens qui vivent de plus en plus dans la précarité. Ce grand peuple mérite mieux que ça. On peut tromper une partie du peuple pendant un bout de temps mais pas tout le peuple pendant tout le temps. La souveraineté appartient au peuple seulement.

«La religion est au cœur des sans cœur ce que l’esprit l’est dans une époque sans esprit.»


B.Z Coulibaly

30 Juin 2008