Partager

La situation devient de plus en plus confuse sur la Grande Ile de l’océan Indien. Le ministre de la Défense, qui avait démissionné mardi, décide de revenir dans le gouvernement. Et les 2 Premier ministres, l’officiel, et celui désigné par l’opposant Rajoelina, se sont rencontrés en affichant une apparente concorde. L’ONU, pour sa part, a exhorté jeudi les 2 parties en conflit à reprendre le dialogue pour résoudre la crise et a appelé à la réconciliation nationale. Pour les Malgaches, difficile de comprendre ce qui se passe. En regardant hier soir les journaux télévisés, ils ont pu voir le chef de l’Etat présider le matin le conseil des ministres dans son palais. Puis dans le sujet suivant constater que l’avion présidentiel, le fameux Air Force One II de 60 millions de dollars, était immobilisé et placé sous la garde de soldats mutins. L’armée et l’opposition utilisent la tactique de l’encerclement pour contraindre le président à démissionner. Le chef de l’Etat, qui sait les Malgaches si férus de légalisme, peut se servir du bouclier de la Constitution pour faire de la résistance. Mais si dans la partie engagée Ravalomanana n’a peut-être pas encore totalement perdu la main, il a tout de même dilapidé beaucoup de ses atouts (Rfi)