Partager

Faire de la région Sahélo-Saharienne un pôle de stabilité, de paix et de développement, tel est l’objectif principal de cette réunion ministérielle préparatoire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la région Sahélo-Saharienne qui a débuté hier mardi dans la matinée à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.

Cette conférence préparatoire regroupe dans notre capitale les différents ministres en charge des Affaires Etrangères de six pays (Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Niger, Tchad) qui ont en partage cet espace.

Les participants

Présidée par Son Excellence M. Moctar Ouane, ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, la cérémonie d’ouverture officielle a réuni Son Excellence M. Abdel Karim Messahel, ministre chargé des Affaires Étrangères de l’Algérie, M. Aly Triky, secrétaire du comité populaire général chargé de l’Union Africaine, Mme Minta Sanata, ministre de la Coopération Régionale du Faso, Mme Mindaoudou Aichatou, ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération du Niger, M. Djidda Moussa Ousmane, secrétaire d’Etat aux relations extérieures du Tchad, les ministres de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, M. Kafougouna Koné et de la Défense et des Anciens Combattants, M. Natié Pléah du Mali.


La portée de l’initiative

Cette réunion ministérielle a été voulue comme préparatoire de la conférence sur la paix, la sécurité et le développement dans la région Sahélo-Saharienne initiée par le président de la République du Mali Son Excellence M. Amadou Toumani Touré, pour poser les fondements d’un cadre de coopération destinée à préserver la paix, la sécurité et la stabilité et à promouvoir le développement dans la région.

Cette initiative du président Amadou Toumani Touré, constitue d’abord le témoignage de l’attachement des différents pays à la définition d’un champ de coopération politique et économique. Elle vise ensuite l’expression d’une vision solidaire et ambitieuse de l’avenir de la région Sahélo-Saharienne.

De nombreuses menaces affectent la sécurité des personnes et des biens dans l’espace sahélo-saharien, accentuant les difficultés que rencontrent déjà les États de la région dans leurs efforts de lutte contre la pauvreté.


Des réseaux criminels

Des réseaux criminels continuent de tirer profits de cette situation et s’organisent pour affronter les forces de sécurité des pays en vue de l’instauration d’un espace de non droit propice à leurs activités illicites telles que le banditisme transfrontalier, le terrorisme, les trafics en tous genres, y compris d’armes, de drogues et d’êtres humains.

Pour faire face à ces défis sécuritaires qui vont au-delà des frontières nationales et qui menacent la sécurité collective, la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale, ces différents pays doivent promouvoir une approche concertée et globale, une action collective résolue et efficace. Les efforts doivent être doublés pour faire de la région Sahélo-Saharienne, un cadre de coopération exemplaire fondé sur une gestion politique concertée des problèmes liés à la sécurité de la région.

Certes, les efforts déjà déployés par les pays dans le sens du renforcement de la coordination et de la coopération entre les services des pays ont contribué à la préservation de la stabilité et de la sécurité dans la région. Mais pour être pleinement efficace et durable, cette démarche gagnerait à être confortée par la promotion d’une véritable coopération régionale.


Moctar Ouane

Dans son allocution d’ouverture des travaux, Son Excellence M. Moctar Ouane a dit : “Mes premiers mots seront pour souhaiter, au nom du peuple et du gouvernement de la République du Mali, la plus chaleureuse des bienvenues à nos frères et soeurs d’Algérie, du Burkina Faso, de Libye, du Niger et du Tchad et leur dire combien nous sommes honorés d’accueillir les représentants des pays frères et amis que l’histoire, la géographie et des valeurs de civilisations communes unissent au Mali. Pour le Mali, notre action future, pour être constructive, fructueuse et durable, devrait reposer sur la définition d’actions concrètes à initier”.

Redonner espoir et confiance aux populations de la région Sahélo-Saharienne et apporter des réponses appropriées à leurs attentes afin qu’elles puissent prendre une part active du développement des pays respectifs, tel est l’objectif commun car seule une région débarrassée des crises et conflits dévastateurs sera en mesure de relever les autres défis comme la lutte contre la pauvreté, les pandémies, la famine, le sous-développement et offrir aux populations les moyens de leur plein épanouissement.

Je demeure convaincu qu’au cours de nos travaux, nous ferons preuve de clairvoyance et de détermination dans la concrétisation de ces objectifs. Je saisis cette occasion pour réitérer notre conviction profonde que la région Sahélo-Saharienne peut et doit constituer un cadre précieux de concertation et de coopération apte à prendre résolument en charge le destin commun de nos peuples”, a ajouté le ministre Moctar Ouane.

Après l’intervention du ministre Moctar Ouane, la séance a été suspendue pour une photo de famille des ministres.

Moussa KONDO (Stagiaire)

12 Novembre 2008