Partager

Le commandant de la force ONU-UA de maintien de la paix au Darfour a imputé la prolongation du conflit dans cette province de l’ouest du Soudan à des « erreurs » de la communauté internationale. Les déclarations du général nigérian Martin Agwai interviennent alors que le gouvernement du Soudan tente de trouver un règlement au conflit, dans l’espoir d’obtenir la suspension d’éventuelles mesures judiciaires internationales à l’encontre du chef de l’Etat, Omar el-Béchir, pour crimes de guerre. Le conflit a éclaté il y a plus de cinq ans entre rebelles et forces gouvernementales soutenues par des milices arabes locales. « Honnêtement, je ne vois aucune perspective de paix dans l’immédiat au Darfour car il y a beaucoup trop d’intérêts » en jeu, a dit le general Agwai dans une interview. Il existe plus d’une vingtaine de mouvements rebelles au Darfour, pour une population de six millions de personnes. Il a accusé la communauté internationale de n’avoir pas traduit avec la même force sur le terrain et dans le processus de paix son engagement massif pour le Darfour. (afp)