Partager

Le président de la Commission réconciliation en Côte d’Ivoire, Charles Konan Banny, a condamné vendredi les récentes attaques meurtrières à Abidjan, exhortant « à tourner le dos le violence », et a appelé le pouvoir à le soutenir. Selon lui, le pays a replongé dans « une atmosphère délétère » avec ces violences qui sont « le prolongement des violences verbales, expression de haine, qui se sont étalées ces dernières semaines » dans la presse ivoirienne. Plaidant pour la « confiance » et le « dialogue », M. Banny a interpellé le président Alassane Ouattara et son gouvernement: le « succès » de la réconciliation dépend de leur « détermination » à « tout mettre en œuvre pour lever les difficultés dont est jalonné le chemin tracé par la CDVR », a-t-il expliqué. Des proches de M. Banny ont affirmé que la commission, créée après la crise postélectorale, ne disposait pas des moyens financiers nécessaires, et regretté certaines arrestations ciblant des soutiens de l’ex-président Laurent Gbagbo. Le président de la CDVR a également estimé “qu' »il n’y a pas de réconciliation sans reconnaissance de la faute commise » et assuré que sa structure « ne fera pas de tri entre les acteurs de la réconciliation ». AFP.