Partager

Tout n’a pas été mauvais sous le régime du président Amadou Toumani Touré. La meilleure façon de le démontrer est de réussir à placer l’un des ministres les plus méritants du gouvernement déchu, David Sagara de la CODEM dans la nouvelle équipe. C’est à mettre à l’actif de… Poulo

La mise en place de la deuxième formule du gouvernement de Cheick Modibo Diarra a suscité beaucoup de controverses et de polémiques. Des controverses et des polémiques assez compréhensibles, compte tenu des enjeux et des ambitions inavouées.

Au moment où les regroupements politiques et les états-majors des différents partis sont en train de faire les comptes, il y a un leader qui a retenu l’attention. Il s’agit de l’honorable Housseini Amion Gunido dit Poulo, président de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM). Ce jeune loup de la politique a montré toute sa clairvoyance dans le choix de son représentant au gouvernement. Toute sa clairvoyance ? Que dis-je ? Disons plutôt, tout son vista et son sens politique élevé. En décidant de faire signer à David Sagara, un heureux comeback au gouvernement II de Cheick Modibo Diarra, Poulo, comme l’appellent affectueusement ses militants, a donné une triple leçon :

– La première leçon est pour ses militants : le militantisme et son corollaire à savoir, la fidélité à la ligne du parti, payeront toujours. Les sacrifices et les traversées du désert font partie de la vie politique et du « politique« .Il faut en tenir compte; que l’on soit cadre ou simple militant. Cette leçon doit être perçue désormais à la CODEM par tous et de tous.

– La seconde leçon, celle du choix historique fait par Poulo, celui d’affirmer avec force à la face du landernau politique malien que le sieur Sagara David a rempli avec honneur et dignité la mission à lui assignée dans le dernier gouvernement de ATT. Mieux le cadre Sagara ,en quelque petits mois, était parvenu à mettre en valeur les idées fortes chères à la CODEM, à savoir : sacralité du bien public, justice et disponibilité chaque fois qu’il s’agit de notre bien le plus précieux : le Mali.

– La troisième leçon administrée par l’élu de Sikasso et la direction de son parti est à consommation nationale et internationale. Tout n’a pas été mauvais sous Amadou Toumani Touré, loin s’en faut. Le bilan d’ATT, nous y avons tous participé, certains, plus que d’autres, mais tous à quelque niveau que l’on soit.

La fin du mandat du président déchu n’a pas été ni de tout repos, ni facile, mais cette fin cauchemardesque ne doit pas nous permettre de tout jeter dans les poubelles. Que ceux qui n’ont donc pas compris la sortie de Poulo, après le coup d’Etat, fassent leur cette citation d’Aristote parlant de Platon : » Platon m’est cher, mais la vérité m’est plus chère encore « . Tout n’était pas mauvais, C’est pourquoi, je décide de reconduire celui qui a su si bien représenter la CODEM, dans le dernier gouvernement de ATT. Leçons reçues « trois sur trois « . Président, assurément, vous êtes une espèce en voie de disparition dans notre classe politique fatiguée et vieillissante.

Votre comportement nous rappelle à bien d’égards cette belle citation que je tire d’un livre saint et sacré, (les exégètes sauront se retrouver), je cite : « Si tu as le sentiment que ce que tu as décidé de faire est juste, alors sois un homme, proclame la vérité et meurt pour elle »

Oundjoro O. DIAWARA

Enseignant, Nyiminyama (Douentza)

L’Indépendant du 31 août 2012.