Partager

La Convergence pour le Développement du Mali (CODEM), le dernier né des partis politiques, est sécouée par sa première crise interne. En effet, certains de ses membres à Sikasso se livrent à une guerre de positionnement, dans la perspective des communales à venir. Ce qui oblige son président, Housseyni Guindo à jouer à l’apaisement, tout en restant ferme.



La pomme de discorde

A Sikasso, les appétits politiques s’aiguisent au point qu’on essaye de tuer la solidarité militante entre des resonsables d’un même parti. En témoigne cette bataille entre deux barons de la CODEM à Sikasso.

En effet, tout est parti d’une sortie médiatique du vieux El Hadj Balla Kouyaté, membre fondateur de la CODEM (comme il aime à le dire lui-même), contre l’actuel maire de Sikasso, Mama Sylla, également membre fondateur du parti. M. Sylla est également le secrétaire chargé des relations avec les élus du bureau national CODEM.

Le vieux Kouyaté n’est pas parti avec le dos de la cuillère contre Mama Sylla, au point qu’on serait tenté de se demander s’ils sont tous deux membres d’un même parti. S’agissait-il là d’une crise qui se mue au sein de la CODEM et qui pourrait l’amener vers sa première implosion?

A cette question, le président du parti, le jeune député Housseyni Amion Guindo, répond que la sortie médiatique du vieux Balla Kouyaté est fort regrettable. “Certes, il peut y avoir des divergences de vue entre les membres d’un même parti, ce qui relève d’ailleurs d’un dynamisme nécessaire à toute organisation humaine ; mais de là à aller jusqu’à ce point, je trouve que c’est vraiment regrettable” , nous a-t-il confié.

Poulo fait le ménage

Par ailleurs, M. Guindo croit que cette difficulté de cohabitation entre les deux responsables est à mettre au compte de la lutte de positionnement dans la ville de Sikasso, en vue des municipales de 2009. “Mais je pense que d’ici là, le temps ne manque pas pour cela. En plus, il n’y a point eu lieu à se faire la guerre pour quelque chose qui relève de la souveraineté des militants et de la population de Sikasso. Nul ne peut s’arroger cette prérogative, ailleurs tout comme à la CODEM”.

Certes, en tant que parti politique, la CODEM envisage de gagner la bataille des municipales à Sikasso. “Mais je puis vous assurer que je veillerai, en tant que président du parti, à ce que tout se fasse, le moment venu, dans la sérénité et la cohésion ,et selon les choix des militants et des populations de Sikasso.

Et je vous dis que je ne laisserai Sikasso pour rien au monde. J’émets le voeu le plus ardent, au delà de toute considération politique, que Dieu donne Sikasso aux meilleurs et aux plus méritants, à ceux qui, pour rien au monde, ne l’abandonneront pas”, a indiqué Housseyni Amion Guindo.

C’est dire que Poulo pense que l’incident ne compromet en rien les ambitions de la CODEM, orientée vers la renaissance d’un Mali fort et prospère, de par la force de sa jeunesse. D’où sa dévise : “Comptons d’abord sur nos propres forces“. Car il croit que les jeunes du Mali ont le moyen de forger leur destin et celui de ce pays qui a besoin d’un souffle nouveau.


Adama S. DIALLO

17 Juin 2008