Partager

Au terme des travaux des deuxièmes assises de la Coalition des ONG africaines en faveur des enfants tenus du 8 au 10 septembre, au CICB, le Mali, à travers la personne du Dr Moussa Sissoko, a conservé la présidence de l’organisation. Les participants ont profité de cette rencontre pour apporter plusieurs modifications majeures, nécessaires pour la bonne marche de l’organisation.

Les rideaux sont tombés, jeudi 11 septembre, au Centre international des conférences de Bamako sur les travaux des deuxièmes assises de la Coalition des ONG africaines en faveur des enfants. Ainsi, deux décisions majeures ont sanctionné la rencontre de Bamako. Il s’agit, en premier lieu, de l’élection des membres du Conseil exécutif de cet organisme qui regroupe plus de 2000 ONG du continent africain.

Et en second lieu, de la validation des documents stratégiques et de l’adoption des statuts et règlements intérieurs de l’organisation. Après les consultations électorales et sans grande surprise, c’est notre compatriote Dr Moussa Sissoko qui a été reconduit au poste de président pour un deuxième mandat de trois ans à la tête d’un bureau de neuf membres. Le poste de vice-président est revenu à Pamela Chisanga de la Zambie. Celui du trésorier est occupé par le Sénégal.

A ceux-ci s’ajoutent les représentants régionaux. Les enfants du Kenya et de la République centrafricaine ont fait, au cours de ces assises, leur entrée au Conseil d’administration de la CONAFE. A ce titre, ils représenteront les autres enfants africains. Il faut aussi préciser que le Mali, ayant occupé le poste de président ne pouvait, cependant, pas postuler logiquement pour un autre fauteuil au compte des enfants.

D’autant plus que les postes ont été attribués en fonction des zones géographiques. Pour ce qui est de la validation des documents stratégiques et de l’adoption des statuts et règlements intérieurs de l’organisation, des modifications majeures ont été apportées. Primo, le Conseil exécutif de la CONAFE a été transformé en Conseil d’administration et le mandat du bureau de l’instance dirigeante a été ramené de cinq à trois ans.

Le président du Conseil d’administration, Dr Moussa Sissoko, a placé ce nouveau mandat sous le signe du renforcement des capacités des organisations nationales de la CONAFE. « Nous comptons donner plus de pouvoir réel à ces organes locaux « , a laissé entendre l’orateur. Avant d’ajouter: « Nous voudrions également que notre organisation ait une place de choix auprès des gouvernements afin de mieux défendre le bien-être des enfants« .

Au terme des travaux, les participants se sont également engagés à renforcer la communication entre les différents organes, insérer les principes de bonne gouvernance au sein des organisations membres.

Kassoum THERA

17 Septembre 2008