Partager


Relever le défi de la participation au second tour, gage de la légitimité

Devant la presse, le mercredi 11 juillet dernier au CICB, pour faire le point de la supervision du premier tour des législatives du dimanche 1er juillet dernier, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a estimé que ces élections ont été régulières, libres et transparentes. Cependant, elle a invité les acteurs à s’impliquer davantage pour relever, lors du second tour qui aura lieu le dimanche 22 juillet prochain, le défi de la participation électorale. Gage de la légitimité indispensable pour parler et agir au nom du peuple.

Avec les résultats de 18819 bureaux de vote sur 18918 soit 99, 48% des suffrages, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), l’organe de supervision des élections, a estimé que le scrutin du dimanche 1er juillet dernier consacré au premier tour des législatives, a été libre, régulier et transparent. Car, selon elle, il n’y a pas eu de problèmes majeurs de nature à compromettre la crédibilité de ces élections.

De sa mission de supervision, elle a retenu que la campagne électorale, le vote, la centralisation, le décompte et la proclamation des résultats provisoires se sont déroulés dans le respect de la loi électorale. C’est-à-dire que les bureaux de vote ont été ouverts à l’heure, le matériel et les documents électoraux étaient en place, les cartes non distribuées étaient disponibles dans les bureaux de vote à l’intention des électeurs, les membres des bureaux de vote étaient tous présents, les citoyens ont voté librement et les opérations de dépouillement et de décompte des voix se sont bien déroulées conformément à la procédure électorale, les récépissés de résultat ont été remis aux délégués des candidats présents et affichés devant les bureaux de vote et que enfin les mandataires des candidats en lice ont librement assisté aux opérations de centralisation au niveau local et national.

Cependant, en dépit de la bonne organisation matérielle du scrutin, force est de reconnaître que l’affluence vers les bureaux de vote n’a pas été au rendez-vous. D’où l’appel du président de la CENI, Fodié Touré à tous les acteurs pour qu’ils s’impliquent davantage afin de relever le défi de la participation au second tour prévu pour le 22 juillet prochain. Gage de la légitimité indispensable pour parler et agir au nom du peuple.

En tout cas, « la CENI s’appuiera sur l’expérience acquise lors des scrutins passés en apportant les correctifs nécessaires au dispositif existant et ne ménagera aucun effort pour que l’élection des hommes et des femmes devant représenter le peuple malien à l’Assemblée nationale et légiférer pour la bonne marche de la vie politique, sociale et économique du Mali, soit transparente, sincère et crédible » a indiqué le conférencier.

Avant de remercier tous ceux qui se sont impliqués pour la bonne organisation du premier tour : le ministère de l’Administration territoriale, la Délégation générale aux élections, les observateurs nationaux et internationaux.

Alassane DIARRA

13 juillet 2007.