Partager

Les prochaines législatives au Burkina Faso sont prévues pour le 2 décembre prochain. Les partis politiques ont déjà déposé les listes des candidats à la CENI. En attendant la publication des listes définitives, c’est la candidature de François Compaoré, frère cadet et conseiller du président Blaise Compaoré, qui alimente les débats. A petits pas, François Compaoré se positionne dans l’arène politique burkinabè. Ses supporters souhaitaient voir le nom de François Compaoré sur la liste nationale, ce qui lui ouvrirait les portes de l’hémicycle. Mais «le petit président», comme l’a surnommé la presse nationale, est placé deuxième sur la liste de son parti pour les neuf sièges à pourvoir dans la circonscription électorale du Kadiogo. François Compaoré est assuré d’avoir son siège à l’Assemblée nationale. «Il est possible que « le petit président » se positionne pour les présidentielles de 2015 une fois à l’Assemblée nationale», a confié à RFI un éditorialiste. Discret et méconnu du grand public, le nom de François Compaoré avait été associé à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, une affaire qui a débouché sur un non-lieu. Depuis cet épisode, l’homme essaie de se faire une autre image, notamment auprès des jeunes. RFI