Partager

Un aréopage d’observateurs avisés et de tous bords (des Communistes aux libéraux) réunis par un concours de circonstances par des compatriotes établis dans une capitale au Ouest Africaine a fait ce constat : la mise en place d’un vérificateur général est l’innovation la plus sérieuse et la plus réfléchie de nos autorités pour préserver les ressources de la Nation.

Une dizaine de structures de contrôle faisaient la pluie et le beau temps avant l’avènement du Vérificateur Général. Les populations n’ont rien su de leur travail.

Pour quelles raisons ? Ceux qui pensent que le Mali appartient à une famille politique, ils se leurrent. Le Vérificateur Général, depuis sa prise de fonctions, s’est attelé à la tâche en ramenant dans les caisses de l’Etat la bagatelle de 41 milliards de FCFA. C’est la première fois que cela arrive au Mali.

Depuis des mois, nous assistons à un emballement dément et à des mensonges dont les médias ont fait leurs choux gras. Une volonté délibérée de tordre la vérité. L’interview de Sidy Sossoh Diarra à «Radio France Internationale» aura sans doute retenu l’attention de nombreux compatriotes qui ont compris qu’il s’agit là d’une campagne orchestrée contre un homme de valeur qui a fait ses preuves.

Les populations sont fatiguées. Elles ne peuvent plus continuer à avaler des balivernes grotesques. Certains magistrats, depuis qu’ils ont réussi à tordre la main des autorités de la Troisième République pour percevoir des indemnités deux fois supérieures à telles de leurs camarades qui ont fait les mêmes études qu’eux, se considèrent comme une corporation supérieure aux autres citoyens et au-dessus des lois. Combien de préfets sont arrivés à faire fuir nuitamment des magistrats pourchassés par les populations.

Allez dans nos campagnes et dire aux populations que ce sont ces gens-là qui essaient de traîner des hommes valables dans la boue. Elles n’en croiront pas les oreilles.

Pour paradoxal que cela puisse paraître, dans l’opinion publique le Vérificateur Général sort considérablement renforcé de cette avalanche de manigances savamment orchestrées.

L’homme, telle une force tranquille est d’abord une volonté. Des mots et des actes, bref une culture du résultat. C’est comme cela qu’il s’est imposé partout où il est passé en Europe notamment et c’est ainsi qu’il entend maintenir son élan initial. Le bon Dieu veille sur les hommes justes.

Sidy Diawara

02 Avril 2009