Partager

Mercredi, une rencontre entre le Syndicat national des commerçants détaillants du Mali (Synacodem) et la direction générale de la Banque Régionale de la Solidarité (BRS) a eu lieu, sous la présidence de Alfa Bocar Nafo, Directeur Général de la BRS.

Echanges entre détaillants et responsables de la nouvelle institution financière, dans la perspective du financement de leurs activités représentait le principal objectif de cette rencontre.

Crée en mai dernier, le Synacodem compte plus de 70 Associations disséminées à travers le pays.

Créée par la volonté des autorités des pays membres de l’Uemoa dans une logique de lutte contre la pauvreté, l’un des principaux objectifs de la Brs reste le financement des activités des populations à faibles revenus ou à revenus intermédiaires.

La BRS, a actuellement comme objectif de financer tous les secteurs de l’activité économique. Ainsi, elle a retenu 180 possibilités de financement couvrant tous les domaines. Individus aussi bien que groupements et associations peuvent être financés par la Brs.

Le montant du financement peut varier en fonction de la nature du projet présenté.
Comme stratégie d’intervention, la BRS a opté pour un système de partenariat qui va préserver l’intérêt de chaque partie.

La Brs s’est implantée afin d’appuyer ceux qui sont dans le besoin de financement pour la création d’entreprises et renforcer celles qui sont déjà opérationnelles.
Aussi, accorde-t-elle plus de facilités que les autres intervenants dans le secteur.

La garantie proposée par les clients n’est pas le premier souci de sa banque, selon Mr Nafo. Aussi, les crédits seront accordés avec des facilités défiant toute concurrence notamment pour les commerçants détaillants.

Selon Mr Nafo, les conditions de son institution bancaire sont beaucoup plus légères que dans les autres banques. « Nos taux sont toujours en dessous de la moyenne », affirme-t-il.

Ces facilités seront consenties aussi bien au niveau du montant exigé pour l’ouverture de compte, que sur les frais de tenue de compte en passant par les garanties.

Mauvaises expériences avec certaines institutions financières privilégiant les grands commerçants au détriment des petits commerçants et conditions jugées souvent sélectives pour accéder aux crédits, car ces banques exigent des garanties qui ne sont pas toujours à la portée des détaillants, ont été évoquées par ces derniers.

Afin de rassurer les uns et les autres, Mr Nafo a affirmé que les chefs d’Etat de l’Uemoa surveillent de près la Brs et peuvent intervenir à tout moment en cas de déviation des objectifs assignés.

Appel a été lancé aux commerçants par Abdoulaye Dia, directeur du partenariat crédit à présenter des projets raisonnables, car pour lui si chacun présente des projets de plus de 100 millions, « je pense que nous ne pourrions pas satisfaire le maximum de clients contrairement à notre ambition » a-t-il précisé.

Pour Cheick Oumar Sacko, secrétaire général du Synacodem, « Avec autant de facilités, nous sommes disposés à travailler avec la BRS ».

Auparavant, la direction de la BRS avait organisé une rencontré avec les femmes opératrices économiques.
Hier jeudi, elle a eu une rencontre avec la Fédération nationale des artisans du Mali (Fnam).

21 octobre 2005.