Partager

Vendredi, dans la salle de réunion de l’hôtel des finances, la signature d’un accord de financement de la phase II du Programme d’investissement du secteur de l’éducation (PISE), d’un montant d’environ 17,5 milliards de Fcfa, a eu lieu entre la Banque Mondiale et le Mali.

Les documents ont été paraphés côté malien par le ministre de l’Économie et des Finances Abou-Bakar Traoré, et côté Banque Mondiale par le représentant résident de l’institution dans notre pays, Alassane Diawara.

Grâce à ce geste de la Banque Mondiale, le gouvernement malien va pouvoir accroître de façon sensible le nombre d’enfants qui terminent le premier cycle de l’éducation de base et améliorer l’efficacité de l’utilisation des ressources dans le secteur.
Le Programme d’investissement du secteur de l’éducation (PISE) a comme objectif de fournir un accès équitable à l’éducation et à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Rappel a été fait par le ministre Traoré, que durant la décennie écoulée, le taux d’inscription à l’éducation primaire s’est considérablement accru avec 8,5% d’inscrits, plaçant notre pays dans le peloton de tête en Afrique subsaharienne.

Ainsi, l’accès à l’éducation de base est passé de 47,8% en 1996-1997 à 72% en 2004-2005 et ce résultat a été atteint grâce aux efforts du gouvernement pour relever le niveau de financement du secteur de l’éducation de base et faire en sorte que l’efficacité soit de mise dans les enseignements secondaire et supérieur.

De même, le pourcentage du PIB alloué à l’éducation s’est accru de 3,02% en 2000, contre à 3,24% en 2004, a expliqué le ministre de l’Économie et des Finances.

La participation de la Banque mondiale au financement du PISE II contribuera, selon Mr Diawara, à l’amélioration de la qualité de l’éducation, mais aussi à la réduction des disparités régionales et entre filles et garçons, a-t-il précisé.

La Banque mondiale, oeuvrera aux côtés de quatorze autres partenaires de notre pays pour la réalisation de ce programme, a annoncé le représentant résidant de la Banque Mondiale.

Souhait a été émis par Mr Diawara, qu’à la faveur de la prochaine session du parlement, l’accord soit ratifié, afin d’assurer l’entrée en vigueur du financement dès le début de cette année scolaire.

04 septembre 2006.