Partager

Le mardi 31 mai, l’hôtel Azalai Salam de Bamako, a été le cadre au Mali de la première cotation des actions de Bank of Africa-Mali à la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). La cérémonie a eu lieu en présence du Directeur Général BRVM-DC/BR, Edoh Kossi Amenounve, du Directeur Général de BOA Capital Sécurities, Omo Délé Egue, du Directeur Général de la BOA-Mali, Bouchaib Fachar, du président du Conseil d’Administration BOA-Mali, M Paul Derreumaux, de Soumaïla Cissé, ancien président de la Commission de l’UEMOA, le conseiller technique Bréhima Haïdara, représentant du ministre de l’Economie et des Finances.
Tour à tour les différentes personnalités de la Bank of Africa ont montré que cette introduction fait suite à l’ouverture de son capital au public en décembre 2015 par une offre Publique de vente de 400 000 nouvelles actions sur les 8 pays de la zone UEMOA. Il a été indiqué que l’offre Publique de Vente de décembre 2015, a été conduite par BOA Capital Securities, la Société de Gestion et d’Intermédiaire du Groupe Bank of Africa basée à Abidjan. Les 400 000 actions ont été entièrement souscrites en une journée. Et, la demande globale a été 7 fois supérieure à l’offre de départ. Selon le Directeur Général de la BRVM Edo Kossi Amenounve, cette cérémonie de première cotation vient de marquer la fin du processus d’introduction en bourse de BOA-Mali, qui a démarré le 17 décembre 2015. La dynamique dans laquelle la BRVN s’est engagée, cherche à coter 3 sociétés par an. Selon lui, la croissance est de 17 % et la prévision est 16 % en 2016. Il a indiqué que le déficit budgétaire est maitrisé et l’évolution doit s’accompagner de la contribution. Selon lui, la BRVN est un succès politique et économique. Elle a donc besoin d’un rayonnement plus grand et l’appui du secteur privé. Le Directeur Général de BOA Capital Sécurities, Omo Délé Egue a présenté les caractéristiques des opérations où le capital initial était à plus de 8 milliards de F Cfa. Les Maliens ont souscrits à 10 % de totalité à ces opérations, a-t-il fait savoir. La Bank of Africa-Mali admise au premier compartiment du marché des actions de la BRVM, est la première société malienne cotée en bourse et la quarantième à être listée à la BRVM.

« Aujourd’hui, nous sommes fondés de partager avec vous notre joie d’avoir pu réussir cette étape combien importante dans la vie de notre Banque et qui constitue pour nous une fierté à plus d’un titre », a indiqué le Directeur général de la BOA-Mali, Bouchaib Fachar. La BOA Mali est la première banque, voire même la toute première société malienne à emprunter la voie du marché financier et boursier. Durant la première journée de la période de souscription le nombre de souscripteurs a atteint 9 932 et le total des actions demandées a franchi la barre de 2.700.000 actions, soit presque 7 fois le volume offert, a indiqué le DG. Ladite augmentation du capital a permis à la Banque de renforcer ses fonds propres d’une somme additionnelle de 8.790 millions de FCFA, poursuit le DG Bouchaib Fachar. A travers un nouveau Plan Triennal de Développement, la Banque se fixe comme priorités : le renforcement de la rentabilité ; la maitrise de la qualité des engagements ; le suivi rigoureux des opérations, l’amélioration du service à la clientèle ; la recherche de ressources à moindre coût ; la maîtrise des charges d’exploitation, et le renforcement de la qualité des ressources humaines, selon le Directeur général. Présentant les 1ers résultats de la Cotation de ce jour 31 mai 2016 Bouchaid Fachar a indiqué le cours d’échange a été 24 185F l’action, « une variation par rapport à la valeur d’émission, de + 7,50. Et le montant échangé porte sur 7 millions 981 050 F. La capitalisation boursière qui était de 46 milliards de CFA est portée à 49 milliards 820 millions CFA ».

Après une présentation des 1ers résultats de la Cotation de ce jour 31 mai 2016 par le Directeur antenne national, le président du Conseil d’administration a indiqué que les contraintes imposent une publication des résultats. Le représentant du ministre des Finances, Bréhima Haïdara pour sa part a au nom du ministre félicité l’entreprise et a signifié l’engagement de son département à appuyer la BOA. Il a encouragé les autres entreprises à suivre cet exemple et a lancé un appel aux épargnants à aller vers cette source. Cependant, il a rappelé l’insuffisance de la culture boursière dans notre pays et a invité l’entreprise à une véritable sensibilisation qui est en retard par rapport à d’autres pays de la sous région.

Fakara Faïnké


Soumaïla Cissé, à la cérémonie de première cotation en bourse de la BOA-Mali : « Aujourd’hui c’est une très grande victoire »
Le Républicain : Quels sont vos sentiments, après avoir été témoin de la première cotation de la BOA et du Mali à la Bourse régionales des valeurs mobilières ?
Soumaila Cissé : J’en suis très heureux à plusieurs titres. D’abord que ce soit la première cotation au Mali. Ensuite, c’est quelque chose que j’attendais honnêtement depuis très longtemps. Depuis que j’étais ministre des Finances j’attendais la cotation de la première société malienne. Aujourd’hui, que ce soit la BOA me réjouit parce que c’est une société qui a été créée à la force du poignet. Personne n’y croyait, d’ailleurs avec le titre BOA, Banque of Africa qui n’existait qu’à Bamako… Je crois qu’aujourd’hui c’est une très grande victoire. A mon avis, c’est le début de l’entrée du Mali en l’ère financière et moderne. Aujourd’hui est un jour historique.
Républicain : Avez-vous l’espoir que d’autres entreprises maliennes vont suivre ?
Soumaila Cissé : Au Mali c’est toujours comme ça. Il suffit qu’il ait un qui commence, et quand ça marche les autres vont suivre. Vous allez voir ! Ils vont dépasser tout de suite les autres pays.

Propos recueilli par B. Daou

Le Républicain du 1er Juin 2016