Partager

Les rideaux sont tombés sur la 40em édition du championnat Mondial de Bras de fer Sportif à ANTALYA en Turquie. organisé par la Fédération Mondiale de Bras de fer Sportif (world Armrestling Fédérations,WAF), cette 40e édition des Normaux et 21em édition des paranormaux du championnat du monde de Bras de fer Sportif initialement s’est deroulé du 12 au 21 Octobre à Antalya en Turquie.

Au total, 49 pays sur 50 ont participé à cet événement Mondial. L’Afrique était représenté par (04) quatre pays) à savoir le Mali, l’Égypte, le Ghana et l’Afrique du Sud. L’Egypte y était avec une délégation de 12 personnes, le Mali avec 10, le Ghana six personnes (6) et l’Afrique du Sud avec seulement 02 personnes. L’équipe Nationale du Mali avec six (06) combattants dans les catégories des seniors bras gauches, bras droits, à l’exception de Bekaye Diawara qui était le seul engagé sur le bras droit. Les Athlètes Maliens n’ont pas pu décrocher de médaille pour la Nation malgré leur engagement dans les combats. Mieux certains ont même réalisés des victoires historiques à l’image de Yacouba Konté dit Kolo face à D.Vassili de la Géorgie (100kg), de Mahamadou Kourekama dit Pididi-70kg devant Samuel Leage de la Belgique, Yacouba Barro dit Baloté 85kg au dépend du Norvégien TORE MATRE et celle de Cheick O. Diallo dit Danger +110 kg devant le Russe Badjimurad Omarov.

C’est la rapidité, la technicité, l’expérience et l’arbitrage qui a favorisée les pays de l’Europe de l’Est. Ce qui n’a pas été le cas pour les représentants du vieux continent. Car les combattants Africains manquaient d’expérience, de la rapidité, de la technicité et de la faveur des arbitres. Ce qui explique le résultat « zéro » médaille de représentants de l’Afrique dont certains étaient à leur 1ère participation à une phase finale de championnat du monde. Et pour le Mali, il est à sa 3e participation à la coupe du Monde de Bras de der sportif. C’est en 2001 que le Mali a participé pour la 1ère fois à Gidinya en Pologne, la 2e était en 2012 à Sao Vicente au Bresil et en fin à Antalya en Turquie.

Ce Mondial a permis à la délégation Malienne d’apprendre beaucoup de choses tant sur le plan organisationnel que sur l’aspect des combats. Il s’agit pour le Mali de tirer les leçons de cette contre performance afin de faire mieux lors des éditions futur. Il est à noter le niveau très élevé de cette édition car les combattants qui ont pu gagner des médailles étaient agressifs, avaient de la rigueur et de la technicité. L’Europe de l’Est se taille de la part du lion avec les 3 premières places. La Russie en tête suivit du Kazakhstan, et de la Géorgie de Levan Saginashvili. Le champion du monde des super lourds, l’Ukraine et la Bulgarie complètent le quinté (les 5 premières places).

Une quinzaine de pays seulement ont eux des médailles dont l’Égypte avec ses trois (3) médailles en catégorie des juniors et des handicapés. A noter que les égyptiens ont toujours participé à ce championnat du monde depuis plus de 20 ans. D’autres pays se sont faits remarqués comme la Turquie (le pays hôte) ,l’Uzbekistan, la Moldavie, l’Arménie, la slovaquie et le Kurdistan. Aux pays Africains de prendre leur destin en main. Cela en participant régulièrement à toutes les phases finales, de former tous les officiels (les responsables) et les Arbitres Africains ainsi que les Athlètes afin de les préparer sérieusement et d’être plus affûté.

Ousmane Traoré dit Man envoyé spécial
Le soleil du 25 Octobre 2018