Partager

L’édition de cette année a été marquée par l’absence de certaines stars présentes lors de la première édition. Comme Seydou Keïta, Song, Diouf et Kalilou Fadiga. Organisé par Mali-Evènements en collaboration avec le Haut conseil national de lutte contre le Sida (HNLCS), ce match de gala entre dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre le VIH et le Sida. L’édition de cette année était placée sous le signe de la réconciliation et de la paix.

La rencontre a mis aux prises les Aigles A composés de certaines stars Africaine comme Alain Traoré (Burkina Faso), Cheick T. Diabaté, Adama Tamboura, Cheick Fantamadi Diarra ainsi que les anciens comme Daouda Diakité, Mahamadou Sidibé « Maha » à une sélection composée de joueurs locaux et des jeunes expatriés notamment Kalifa Coulibaly, Adama Touré.

La rencontre a tourné à l’avantage des Aigles A qui se sont imposés 3-0 grâce à deux réalisations de Cheick T. Diabaté et Ibrahima Kader Coulibaly contre son camp. L’événement s’est déroulé en présence du ministre des Sports, Hamèye Founè et le président de Mali-Evènement, Boubacar Fané.

Presque tous les joueurs ont salué l’organisation de ce match de gala et plaidé pour une pérennisation de la compétition. « Je suis très content pour les supporters maliens qui sont sortis pour nous supporter. Je remercie tous les joueurs africains qui ont effectué le déplacement parce que la lutte contre le Sida est une bonne initiative qui doit être appuyée par tout le monde. Je profite de cette occasion pour lancer un appel à tous mes fans d’aller faire le dépistage.

Moi même je fais le dépistage tous les six mois au niveau du club. Je souhaite que cette compétition se déroule désormais tous les ans parce que c’est une bonne initiative. Surtout que l’édition de cette année était placée sous le signe de la paix et de la réconciliation nationale. La paix est une chose nécessaire pour tous les pays qui veulent aller de l’avant. Et le Mali ne fait pas exception à cette règle je pense également que notre souhait sera entendu par nos frères qui sont au nord. « , dira le défenseur international des Aigles, Adama Tamboura.

Le jeune attaquant du Burkina Faso, Alain Traoré soulignera également l’importance de SIDA foot, avant de rendre un vibrant hommage aux supporters maliens. « Le Mali est un pays frère qui m’a donné beaucoup de choses. J’ai promis aux organisateurs d’être présent à chaque édition. Surtout que pour cette année c’était sous le signe de la paix et de la réconciliation. Donc le minimum que je peux faire pour le Mali c’était de venir jouer à ce festival de SIDA foot ».

L’initiateur de SIDA foot indique tout de même que l’organisation de la présente édition n’a pas été facile à cause de la crise que le Mali traverse. « Nous avons grouillé pour que des stars acceptent de venir. Les internationaux Africains n’ont pas pu faire le déplacement à cause de la crise et de la fermeture de l’aéroport. Certains joueurs comme Stéphane Sessegnon, Bertrand Traoré, Kader Keïta avaient donné leurs accords. Mais à la dernière minute ils ont dit que leurs sécurités ne sont pas garanties à Bamako d’autant plus que le match officiel du pays a été délocalisé à Ouagadougou.

Il y’a aussi le fait que certains joueurs sont en renégociation de leur contrats. . Il y’a aussi le fait que certains joueurs sont en phase renégociation de leurs contrats. Donc s’ils viennent au Mali pour le festival, il fallait qu’ils retournent le plus rapidement possible mais malheureusement l’aéroport sera fermé du Mardi au Jeudi ». Il a aussi rajouté que la faible mobilisation du public est due uniquement à une incompréhension entre le bureau fédéral et Mali événement. « Imaginez qu’on joue un match de gala et que au même moment les deux grands clubs Maliens à savoir le Stade et le Djoliba.

Ce sont ces deux clubs qui ont plus de supporters donc forcement il y aura moins de supporters chez nous. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Malgré l’absence de certains joueurs internationaux, l’événement a eu lieu. Nous allons tirer les enseignements de la 2è édition pour mieux préparer la prochaine édition » a enfin souligné le premier responsable de Mali-événement.

L’Essor du 21 Juin 2012