Partager


30 PM, 14 cross et un chargeur contenant trois cartouches ont été saisis à bord d’un mini-bus immatriculé P 9952 MD, par les agents des douanes de Kourémalé, le samedi 25 août 2007. Au total, trois grands trafiquants d’armes de guerre ont été écroués par le capitaine N’tjiké Diarra et ses hommes.

Tout est parti d’une fouille à la régulière ce samedi 25 août 2007, aux environs de 19hoo. Au départ, le conducteur du mini-bus, du nom de Ibrahima Konaté, né en 1973 à Abidjan, de Ousmane et de Aïssata Konaté, avait dit qu’il n’y avait que 24 cartons de ventilateurs à bord de son véhicule. Mais poussant leur curiosité plus loin, les agents des douanes frontalières du bureau secondaire de Kourémalé découvriront avec stupéfaction 14 cross pour PM.

C’est ainsi que le capitaine N’Tjiké Diarra, le chef du bureau secondaire des douanes maliennes de Kourémalé, a demandé à ses agents d’aller jusqu’au bout de leur fouille qui dit tout en y précisant que cross pour PM dira forcement PM. Au cours de l’opération, le chef du bureau a demandé au chauffeur d’ouvrir le capo pour vérification puisqu’à l’intérieur du mini bus, il n’y avait que des cross.

A l’ouverture du capo ce fut un ouf de soulagement pour l’Inspecteur des douanes et ses hommes. Puisque, tout juste près du moteur, il y avait trente PM munitieusément cachés dans des sacs. A l’issue d’un interrogatoire serré, le chauffeur Ibrahim Konaté a fini par déclarer que ces armes de guerre appartenaient à un certain Moussa Sacko, de nationalité guinéenne et qu’elles étaient destinées à à un certain Bakary qui réside à Bamako.

Cette déclaration a été mise à profit par l’Inspecteur N’Tjiké Diarra et ses agents, qui ont aussitôt mis à la disposition de Ibrahima Konaté un téléphone portable afin qu’il puisse entrer en contact avec le nommé Bakary.

La stratégie de nos braves douaniers a marché. Mais pour la délicatesse de la mission, le chef du bureau des douanes de Kourémalé a demandé le concours des gendarmes de Naréna et des agents de la Brigade Mobile d’Intervention des Douanes de Bamako. Les trois unités ont monté leur stratégie de façon commune en mettant au devant de l’action le conducteur du véhicule.

A leur arrivée à Bamako, Ibrahima Konaté est rentré en contact avec Bakary qui, dans un premier temps, avait demandé à Konaté le type de véhicule qu’il conduisait. Celui-ci, lui avait expliqué que c’était une 207 (nom commun du mini bus en question). Sur le champ le capitaine N’Tjiké Diarra a loué une autre 207, puisque celle que conduisait Ibrahima Konaté était mobilisée à la douane de Kourémalé.

Au cours d’un second coup de fil, Bakary a demandé à Ibrahima de le trouver au Djembé. A l’arrivée de l’équipe conjointe des douaniers et des gendarmes avec Ibrahima Konaté en têteBakary est sorti pour venir à sa rencontrer. Sur le champ, il fut arrêté ( 26 août 2007, vers 01h00) par les éléments de la mission conjointe des douaniers et gendarmes. Conduit en lieu sûr, Bakary, au cours de l’interrogatoires, qui a suivi son arrestation avoua sans gêne la vérité. Il dira que ces armes de guerre lui ont été expédiées par un certain Moussa Sacko, toute chose qui confirma les propos de Ibrahima Konaté le chauffeur.

C’est Bakary qui donna l’information sûre sur la position de Moussa Sacko, lequel devait rentrer à Kourémalé le même jour dans l’après-midi. Le trafiquant d’armes de guerre est effectivement arrivé à la frontière Mali-Guinée dans l’après midi du 26 août 2007. Sans faire lui-même le déplacement, il a délégué son chauffeur pour aller chercher le laisser-passer à la douane malienne.

A l’arrivée de ce dernier dans le bureau des douanes, ayant tous les renseignements nécessaires sur l’homme recherché, le chef du bureau a exigé du chauffeur de la Mercedes, la présence physique du propriétaire du véhicule. C’est ainsi que Moussa Sacko s’est présenté comme étant le propriétaire de la Mercedes.

C’est ainsi qu’il fut arreté par les agents des douanes de Kourémalé. A l’interrogatoire, il a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il a, toutefois, refusé de donner les noms de ses complices. Pour plus de sécurité, le chef de bureau des douanes de Kourémalé a mis les trois trafiquants à la disposition de la brigade territoriale de gendarmerie de Naréna. Quant aux armes saisies (30 PM, 14 cross et un chargeur contenant trois cartouches) elles sont soigneusement gardées par l’Inspecteur N’Tjiké Diarra et ses agents.

Par ailleurs, Ibrahima Konaté, qui avait cru qu’il allait avoir la liberté après avoir concouru dans l’arrestation de Bakary, prétendu que Moussa Sacko l’avait trouvé à Conakry en train de réparer son engin qui était tombé en panne deux jours auparavant. Il a déclaré que Moussa Sacko lui a payé une somme de 300 000 FCFA, pour transporter ses colis à Bamako.

Après les premières enquêtes en vue de retrouver et d’écrouer d’autres complices, le chef du bureau secondaire des douanes frontalières de Kourémalé a pris attache avec sa direction régionale à Bamako, pour diligenter la suite de l’affaire.

Zhao Ahmed BAMBA

04 septembre 2007.