Partager

ogobomra.jpg

En effet, malgré des difficultés que connaît le pays, des Maliens remportent de grands succès à l’extérieur. Deux de ces valeureux fils étaient reçus à Koulouba par le chef de l’État : le professeur Ogobara Doumbo, spécialiste de la recherche sur le paludisme et le célèbre photographe Malick Sidibé. Les deux compatriotes viennent d’être honorés en juin dernier par des institutions différentes mais toutes de grande renommée.

C’est précisément le 1er juin dernier que l’Académie des sciences de France a décerné à Ogobara Doumbo, le Prix Christophe Mérieux pour la qualité de ses recherches dans le domaine du paludisme. A travers ses recherches dans le Centre de recherche et de formation sur le paludisme dont le sigle anglais est MRTC (installé au Point G), le Pr Doumbo a mis en exergue la résistance de l’agent du paludisme, le plasmodium falciparum à la chloroquine dans plus de 30 % des cas. C’est ce qui a amené l’Organisation mondiale de la santé à abandonner le traitement de cette maladie par la nivaquine. Désormais, la maladie est traitée avec une combinaison thérapeutique à base d’artémisinine.
A travers le MRTC, Ogobara Doumbo est entrain de tester un produit dénommé AMA 1 qui pourrait être le futur vaccin contre le paludisme.

ogobara.jpgCe prix décerné par l’Académie des sciences de France d’une valeur de 400 000 euros, soit 260 millions Fcfa est attribué pour la première fois à un Africain. Amadou Toumani Touré a félicité l’heureux récipiendaire et toute son équipe de chercheurs. Il a aussi fait part de sa gratitude à l’Académie qui vient ainsi de reconnaître les mérites de ce combattant infatigable contre le paludisme, un véritable fléau dans notre pays.

Ogobara Doumbo a été introduit auprès du chef de l’État par Cheick Oumar Sissoko, le ministre de la Culture assurant l’intérim de son homologue de l’Éducation en présence de celui de la Santé, Mme Maïga Zéïnab Mint Youba. Le recteur de l’Université de Bamako, des collègues et des membres de la famille du récipiendaire ont aussi assisté à l’audience.

malicksidibe.jpgQuelques instants plus tard, c’était le tour de Malick Sidibé d’être introduit auprès de ATT par Gaoussou Drabo, le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies. C’était aussi en présence du ministre de la Culture et des membres de la famille du récipiendaire.

Le 10 juin dernier, la Biennale des arts de Venise en Italie, la plus ancienne manifestation d’art contemporain au monde, a attribué le « Lion d’or » à Malick Sidibé pour l’ensemble de son œuvre. Créée en 1895, la Biennale de Venise constitue l’un des principaux rendez-vous de la scène mondiale de l’art contemporain. Consacrée aux arts visuels, cette manifestation offre à un public international (quelques 150 000 amateurs et professionnels chaque année), l’occasion de découvrir les principales tendances artistiques de notre temps.

Malick Sidibé a aussi présenté au chef de l’État, le prix Hasselblad qui lui a été attribué en 2003 à Göteborg en Suède. Ce prix lui a été décerné par la prestigieuse Fondation Hasselblad en reconnaissance de ses talents de photographe. Aujourd’hui, Malick Sidibé est une référence dans les milieux de l’art contemporain au niveau international. Il a participé à de nombreuses expositions internationales, à des ateliers pour photographes. Malgré ses 72 ans, il voyage beaucoup pour répondre aux nombreuses sollicitations.

En 2002, il a été fait Chevalier des arts et des lettres de l’Ordre du mérite français.

Après le champion du monde de Taekwando, Daba Modibo Kéïta, la semaine dernière, le chef de l’État recevait ainsi deux autres valeurs sûres du pays.

Amadou Toumani Touré a indiqué qu’il s’agit de compatriotes qui doivent servir de modèles et leur exemple mettre nos concitoyens en confiance. Il a invité les jeunes à continuer à croire en notre pays.

Y. DOUMBIA-L’Essor


13 juillet 2007.