Partager

Retenus otages pour certains pendant plus de deux ans par les groupes armés terroristes, 17 éléments des Forces armées maliennes (FAMa) et un civil ont recouvré la liberté grâce aux efforts conjugués des forces de défense et de securité. Après leur libération, ils ont été reçus à Koulouba ce vendredi en début de soirée par le chef de l’Etat, le colonel Assimi Goïta. 

A l’issue de la rencontre, le ministre de la Défense et des Anciens combattants qui les accompagnait a indiqué que ce jour est heureux et synonyme d’espoir à cause de la libération de quelques militaires et un civil.

Selon le colonel Sadio Camara, ce sont des militaires qui se battent au quotidien au prix de leur vie, de leur santé et de leur liberté pour sécuriser la population et préserver l’intégrité du territoire national. Pour cela dit-il, en retour, il est normal que l’Etat fasse tout pour les soulager et libérer tous les otages qui ont été pris par des groupes armés terroristes. 

« Ce sont les instructions données par le président de la Transition qui a demandé de tout faire pour libérer tous les otages maliens ou étrangers sur le territoire national », a souligné le ministre Sadio Camara. 

Selon lui, ce sont des militaires qui étaient détenus par des groupes armés terroristes dont certains ont été enlevés au niveau du Centre et d’autres dans les régions du Nord. D’après lui, certains étaient en captivité depuis bientôt deux et pendant plus de deux ans pour d’autres. Aujourd’hui, grâce aux efforts conjugués des services de l’Etat, dira-t-il, ils ont pu obtenir la libération de ces otages. 

Le colonel Sadio Camara a demandé à ceux qui sont toujours retenus otages de tenir bon car l’Etat malien n’abandonnera jamais ses fils. Et l’Armée malienne n’abandonnera jamais ses frères d’armes. 

Mieux, il a fait savoir que les opérations sont en cours et les services sont en train de travailler pour obtenir, dans les meilleurs délais, la libération de ceux qui sont en captivité. Les ex-otages ont été reçus par le chef de l’Etat en présence du Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et du directeur général de l’Agence nationale de la securité d’Etat (ANSE) le colonel Modibo Koné.

Source: l’Essor