Partager

Le Samedi 7 juin 2008 a été jour de fête à Kadiana, localité située à 65 kilomètres de Kolondiéba et à une trentaine de kilomètres de la frontière ivoirienne. L’Ong “Médecins de l’espoir pour la santé communautaire (MEDES- SAPCOM)” y a procédé au lancement de son projet de “sensibilisation et dépistage intégré du vih/sida dans cinq Centres de Santé Communautaire du cercle de Kolondiéba (CSCOM)”.

D’une durée de 8 mois, le projet de “sensibilisation et de dépistage intégré du vih/sida dans cinq CSCOM du cercle de Kolondiéba: Mena, Kara, Niankourazana, Kadiana, Kolondiéba” compte former cinq agents par centre de santé, deux animateurs par radio de Kolondiéba. Le projet envisage la mise sur pied d’une troupe de théâtre de vingt personnes formées à la lutte contre le vih/sida.

Des agents de la santé seront spécialement formés au dépistage pour animer les deux centres de dépistage équipés en matériel et réactif qui seront installés à Niankourazana et à Kadiana. Mais toutes ces activités seront appuyées par l’action d’une unité mobile dirigée par un médecin qui va sillonner les villages du cercle pour le dépistage volontaire.

C’est le lancement de ce projet d’une valeur de 24 millions financés par le Haut conseil national de lutte contre le vih/sida qui a réuni, le samedi 7 juin 2008, toutes les personnalités et notabilités du cercle de Kolondiéba à Kadiana.

En plus des maires des communes concernées par le projet, la cérémonie a enregistré la présence du collectif des députés élus à Kolondiéba (Dr Oumar Mariko et Moussa Kouméré). Vu l’importance du projet dans la lutte contre le vih/sida dans la zone, une délégation de la commune voisine de Tingrela en Côte d’Ivoire a fait le déplacement à Kadiana pour saluer l’initiative.

Chiaka Couli-baly, maire de Kadiana, a salué les responsables de l’Ong MEDES-SAPCOM pour le choix porté sur sa commune pour abriter le lancement du projet. Selon lui, le projet vient à point nommé et aidera le cercle de Kolondiéba à faire reculer le taux de séroprévalence dans sa population.

Nous ne doutons pas que votre projet, eu égard aux activités programmées, va contribuer à la sensibilisation des populations et des jeunes en particulier sur les méfaits du vih/sida”, a-t-il déclaré.

Avant d’exhorter la population à se faire dépister, car cela permet une meilleur prise en charge des personnes atteintes. Pour sa part, N’Tji Keita, médecin chef de Kolondiéba, représentant le secrétaire exécutif du Haut conseil national la lutte contre le vih/sida, a rappelé que la politique sectorielle de santé et de la population du Mali, est axée sur les soins de santé à la base, communément appelés santé communautaire.

Dans cette politique, un accent particulier est mis sur les programmes, notamment de lutte contre le vih/sida, le paludisme, la malnutrition et la tuberculose”, a-t-il indiqué. La lutte contre le vih/sida, à son avis, est une priorité au Mali. La pandémie prend de l’ampleur et singulièrement chez les femmes, qui sont de plus en plus touchées.

Pour cela, il a estimé que la lutte a besoin de l’engagement de tous. Le médecin chef de Kolondiéba a salué le fait que le projet met un accent particulier sur le dépistage qui permet une prise en charge précoce des éventuels malades.

En sa qualité de Président de l’Ong MEDES-SAPCOM, Dr Oumar Mariko, membre du collectif des députés élus dans le cercle de Kolondiéba, a affirmé que son Ong venait en appui à toutes les actions qui sont menées pour bouter le vih/sida hors du cercle.

Nous avions constaté que les populations du cercle de Kolondiéba sont suffisamment pauvres et si le Vih/sida doit s’associer à cette pauvreté, ce sera une catastrophe”, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que c’est pour cette raison qu’ils ont pensé à initier une grande action de sensibilisation de la population afin de prévenir le vih/sida.

Pour sa part, Dramane Dia, sous-préfet de Kadiana, représentant le préfet de Kolondiéba, avant de lancer le projet, a invité la population à visiter les centres de dépistage ou à participer aux séances de dépistage volontaire qui seront initiées par une équipe mobile à travers le cercle. La cérémonie a été animée par la troupe “Damba” et par la jeune Salimata Sakiliba.

Assane Koné

10 Juin 2008