Partager

Contactés par les négociateurs (algériens), les insurgés auraient indiqué que leurs représentants au sein du comité avaient quitté la base montagneuse de Tegargat et qu’ils étaient en route pour Kidal.

Aussi, au lieu des trois représentants, c’est une forte délégation que Iyad Ag Ghaly, chef des insurgés, s’apprêterait à dépêcher. Toutefois, aucune précision n’a été fournie ni sur la composition ni sur la taille de délégation envoyée des montagnes.

Du côté gouvernemental, deux ministres : le général Kafougouna Koné, ministre de l’Administration Territorial et des Collectivités locales, et Mamadou Clazié Cissouma, ministre de la Défense et des Anciens combattants participent à la cérémonie d’installation du comité. Ils sont assistés par le chef d’État-major général des armées, le général Seydou Traoré et son adjoint.

Aussi, l’Ambassadeur de l’Algérie au Mali, et le colonel Ismaïla Cissé, ambassadeur itinérant auprès de la CEDEAO, ont effectué le déplacement avec la délégation gouvernementale.

Dans le comité de suivi, les représentants du gouvernement : le contrôleur général de police, Mahamadou Diagouraga, le colonel Eloi Togo et Moulay Hamed sont à Kidal, où ils doivent siéger.

De même pour les trois représentants algériens, parmi lesquels l’on signale deux officiers de l’armée algérienne. Les insurgés ont, de leur côté, désigné deux civils, Mohamed Akarid et Ag Essalhad et un militaire, un certain capitaine Ali.

Ce comité (basé à Kidal) sera dirigé par le contrôleur de police Mahamadou Diagouraga. Ancien Directeur général de la police nationale, il a accumulé une somme d’expériences dans la gestion des questions du Nord.

En effet, l’officier de police a dirigé pendant des années l’ancien Commissariat au Nord : Il fut l’artisan de la mise en oeuvre du Pacte National.

Le comité de suivi de Kidal aura entre autres missions de veiller à la mise en oeuvre de l’Accord d’Alger signé, le 4 juillet dernier, entre le gouvernement et les insurgés de Kidal.


C.H. Sylla

11 août 2006.