Partager

Attaquer Kidal et Menaka au moment où notre pays fait figure de chef de Peloton (UA-UEMOA etc…) ? Au moment où notre pays avance dans tous les domaines ? Avec tous ces chantiers que le Président de la République inaugurent tous les jours ? D’ailleurs il se trouvait à Diéma au moment de cette attaque. La décentralisation n’est-elle pas le plus beau cadeau offert au peuple Malien par l’Etat pour que chaque communauté soit au coeur de son propre développement ?

Je ne pense pas que les revendications des rebelles de Kidal et Menaka soient légitimes. Il doit y avoir d’autres raisons inavouées. En tout cas, si nous voulons continuer notre développement économique, cela ne peut se faire que dans la paix et le calme. Ces intrigues ne profitent à personne. Ce 24 mai 2006, nos pensées se sont envolées vers Togueré Koumbé en 1992 où j’ai subi une attaque des rebelles. J’ai échappé à une mort certaine grâce à un déplacement effectué à Kouboulou pour recouvrement. Ma famille agressée a échappé également grâce à la mobilisation de la population que je salue ici et remercie humblement.

Mes salutations et hommages aux braves hommes
– Mori Kalifa Konta
– Hawa Cissé
– Vieux Tamboura
– Sadio Tamboura et mes gardes M’Bara Baba Saloum et Madi Diallo qui ont brillé par leur courage. Je n’oublie pas tous les autres qui ont cru en leur pays et qui ont pris les armes pour défendre la patrie.. Cela a permis d’organiser les élections présidentielles de 1992 dans les zones d’insécurité de Tomora et Doungoura. Mes salutations et hommages vont à toutes ces populations de Tenenkou
– Youwarou
– Goundam
– Bamba
– Tombouctou
– Kidal
– Menaka
– Tessalit etc…

Mes tristes souvenirs vont à mon ami F Remy Dembélé chef d’Arrondissement de Dioura (Tenenkou) tripatouillé de balles par les rebelles et au neveu de mon Prédécesseur Abidine Bâ froidement abattu par les mêmes personnes. Toutes ces victimes et leurs familles n’ont rien réclamé et n’ont rien eu. Ils n’ont même pas reçu la reconnaissance de la Nation. Ce n’est pas grave car ce que l’on fait pour soi-même ne mérite pas salaire. L’Etat doit -être le bien commun que chaque citoyen doit aimer et protéger. Que veulent ces rebelles ? N’ont-ils pas eu tout ce qu’ils veulent ? Intégrations tout azimuts avec grands grades et hautes fonctions administratives avec avantages. Décentralisation pour tout le Mali et (autonomie ou statut spécial) pour Kidal ! Contrairement aux autres régions du Mali, tous les hauts fonctionnaires et militaires de Kidal sont autochtones (en commençant par le gouverneur).
Si les Bobos de Tominian
– les Sonhraï, Kounta, Arabes de Tombouctou et Gao
– les Peulhs du Macina
– les Bambaras de Ségou
– les Miniankas de Koutiala
– les Senoufos de Sikasso
– les Kassonkés et Manikas de Kayes
– les Dogons de Bandiagara etc… demandaient leurs autonomies que restera t-il du pays ?

Il volera aux éclats à coup sûr. Entendons nous bien : « le Mali est un et indivisible ». A nos frères rebelles, leurs complices et proches, je vous demande de beaucoup réfléchir. Il faut éviter l’amalgame car le peuple commence à se fatiguer et il gronde d’énervements. Ne posez pas d’actes préjudiciables à la paix et à la tranquillité des communautés liées par l’histoire et la géographie. Aux autres groupes rebelles de 1992 qui ne participent pas au coup de Fagaga et Ba Moussa de Kidal et Menaka du 23 mai 2006, il ne s’agit pas pour vous de clamer votre désaveu par la parole, votre réaction doit aller au delà. Nous regardons et savons juger. « Le Mali, notre pays » nous sommes prêts à verser notre sang pour le défendre et sauvegarder son unité pour le hisser haut dans le concert des grandes nations du Monde. Amadou Bocary Cissé chef d’Arrondissement en Retraite

Ahmadou Traoré

14 juin 2006