Partager

Protection des populations

Au cours de son séjour à Kidal, le chef d’Etat-major des armées a surtout insisté auprès des soldats sur la protection des populations civiles. En somme, le message du général Traoré était loin d’être codé. C’était une invite à l’adresse des soldats à éviter des dérapages qui, dans les années 1990, ont été enregistrées dans certains endroits lors de la rébellion. Le chef d’Etat-major des armées répercutait à Kidal cet autre message du chef de l’Etat qui, au lendemain de l’attaque, avait invité les Maliens à la retenue et à éviter l’amalgame. Toutes choses qui, en réalité, ne pourraient que bénéficier aux insurgés retranchés à Tegharghat. Gamou : « je suis prêt… » L’on dit de lui téméraire et radical. Il est aussi l’un des chefs de l’ex-rébellion qui depuis la signature du Pacte national se sont engagés sans retenue dans la défense du pays.

Le Colonel El Hadj Ag Gamou, puisqu’il s’agit de lui, a été promu commandant de la première région militaire, celle couvrant Gao, Tombouctou et Kidal, depuis des années. A ce titre, il a mené de nombreuses opérations dans ces trois régions en proie à une insécurité depuis quelques années. Après l’attaque du 23 mai dernier, Ag Gamou à la tête de ses hommes, a été envoyé en renfort à Kidal. Mais les assaillants avaient regagné les montagnes, peu avant l’arrivée du Colonel. Aujourd’hui, tout indique que Ag Gamou a envie d’en découdre avec la bande à Iyad. Il a déclaré la semaine dernière à nos confrères de l’ORTM. « Je suis prêt à me battre pour mon pays, le Mali. La situation à Kidal est sous contrôle« .

Déterminé, l’officier n’attend que l’ordre du chef suprême des armées pour prendre Tegharghat, indiquent des sources militaires.

Coopération : une mission médicale libyenne à Tombouctou
Une mission médicale libyenne était attendue en fin de semaine à Bamako. La mission doit se rendre à Tombouctou pour des opérations et des consultations gratuites. Aussi, de nombreux matériels médicaux seront dans les bagages de nos amis libyens. Cette mission prouve que la Libye reste toujours aux côtés du Mali et des populations du Nord, malgré les événements de Kidal et le retrait du Consulat libyen de la localité. Par ailleurs, l’éventualité du transfert du Consulat dans une autre ville du Nord serait actuellement étudiée à Tripoli, indique-t-on de sources diplomatiques.

19 juin 2006