Partager

Après les accrochages survenus dimanche après-midi et lundi matin entre l’armée et les éléments du Mnla à Kidal autour de la Banque malienne de solidarité, le calme est revenu dans la ville. Mais la tension reste vive et les deux parties se regardent en chiens de faïence comme … avant les accrochages.

jpg_une-2206.jpgAprès l’intervention des responsables de l’Opération Serval et de la MINUSMA sur place à Kidal, auprès de l’armée malienne et des rebelles du MNLA, il a été décidé que l’unique banque fonctionnelle dans la ville sera sécurisée par les forces onusiennes. « L’objectif est d’éviter d’autres accrochages autour de la BMS. Si la seule banque de Kidal ferme c’est toute la région qui en pâtira », a expliqué un collaborateur du gouverneur.

Selon cet enseignant originaire de Kidal et resté sur place, tout était calme hier en ville et l’on pouvait circuler tranquillement dans les rues sous la surveillance des forces étrangères.

L’armée malienne est retournée au Camp I et dans les alentours du gouvernorat. Quant aux groupes armés, ils sont priés de rester sur leur site de cantonnement et d’éviter tout déplacement dans les parages de la banque.

Au regard de la situation sécuritaire, le passage de tous les véhicules devant la banque est interdit à partir de 17 heures. C’est justement cette consigne qui n’avait pas été respectée dimanche après-midi par des hommes du Mnla qui à bord d’un véhicule avaient voulu forcer le check point installé devant la banque et contrôlé par l’armée nationale.

A. DIARRA

L’Essor du 2 Octobre 2013