Partager

C’est le commandant Aladji Ali Mohamed, commandant du groupement de la Garde nationale de Kidal qui a été chargé de parler au nom de tous les intégrés de la région de Kidal.

En effet, dans une déclaration faite, avant hier, sur l’ORTM, le commandant Ali a dénoncé l’action entreprise par le déserteur Hassane Fagaga.

Sans prononcer le nom de l’insurgé, le commandant Ali dans ses propos a, au nom des ex-combattants intégrés, évoqué tous les efforts entrepris par les autorités depuis l’intégration des ex-combattants et leur avancement dans l’armée.

Preuves tangibles d’une intégration réussie, le commandant Ali de citer les différentes régions militaires dirigées du pays aujourd’hui par des officiers issus des rangs des ex-MFUA (Mouvements et fronts unifiés de l’Azawad).

Cette prise de position des éléments de Kidal – de différents corps militaires – intervient presqu’une semaine après la désolidarisation affichée par les chefs de fractions des régions du Nord, toujours à l’adresse de l’ex-colonel Hassane Fagaga.

Des rencontres selon nos sources, se sont succédées à Kidal pour « isoler » l’ex-colonel. En plus des dénonciations, l’on évoque de nombreuses défections qu’aurait déjà enregistrées l’ex-colonel Fagaga.

Des notabilités, indique-t-on, ont réussi à faire ramener à la raison plusieurs jeunes qui avaient suivi Fagaga dans les montagnes.

Désavoué par les militaires, mis au ban par les notabilités et les communautés, abandonné par une partie de sa troupe, Hassane Fagaga serait de plus en plus isolé.

Pour certains l’insurgé, dans ces conditions, n’a plus qu’une alternative : mettre fin à son aventure, en se rendant aux autorités qui jusqu’ici excluent l’option militaire pour mettre fin à cette « rébellion ».

C.H Sylla

27 février 2006.