Partager

Le processus de désarmement et de cantonnement des groupes armés du nord Mali semble encore en panne à Kidal. Des officiers supérieurs du MNLA et du HCUA se sont catégoriquement opposés à la décision des responsables politiques des deux mouvements, relative à leur cantonnement. Les rapports étaient très tendus la semaine dernière entre l’aile politique et la hiérarchie militaire. Les officiers Aroun et Malick Ag Achérif, accompagnés d’un groupe de jeunes, ont claqué la porte avant de quitter la ville en direction de Tinzanwaten, localité située vers la frontière algérienne.

Précisons que ce n’est pas la première fois que des officiers supérieurs des deux groupes armés, en désaccord avec les responsables politiques sur le processus de désarmement et de cantonnement, refusent de déposer les armes. bdm. Il y a de cela quelques mois, Hassan Fagaga avait quitté Kidal à la tête d’une forte délégation. Lui et ses éléments, munis d’armes et de quelques pick up, étaient partis vers une destination inconnue.

Il n’est pas exclu que Malick Ag Achérif et Aroun cherchent à entrer en contact avec la bande à Fagaga pour conjuguer leurs efforts afin d’être porteurs d’une même doléance.

Cette situation interpelle une fois de plus la communauté internationale, facilitatrice de l’Accord intervenu le 18 juin à Ouagadougou, à faire preuve de fermeté vis-à-vis des groupes armés du nord du Mali, lesquels continuent de compromettre son application.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 27 Décembre 2013