Partager

Crise du Nord du Mali : L’imam de la mosquée sunnite de Kayes Khasso-Quinzambougou défend les islamistes

L’imam de la mosquée sunnite de Kayes Khasso-Quinzambougou a dérapé le vendredi, 31 août 2012. En fait, après la prière et à la surprise générale de tous les fidèles musulmans, il a déclaré dans son prêche que «les militaires maliens qui seront morts lors de cette lutte, irons en enfer, car ils ont combattu ceux qui défendent la charia d’Allah».

Depuis ce jour, ces propos attentatoires à la paix et à la sécurité nationale du pays font couler beaucoup de salive et d’encre à Kayes. Partout dans les rues, sur les antennes radios, on ne parle que de l’imam et de ses propos. Certains jeunes ayant appris la nouvelle, auraient décidé de faire passer à tabac l’imam. Les militaires dont le camp se trouve à moins de cent mètres de la mosquée se sont maîtrisés, sûrement sur ordre de leurs supérieurs hiérarchiques.

Cependant, on doit se demander si l’imam en question répond réellement à la fonction qui lui avait été confiée par ses frères musulmans. A-t-il mesuré la portée de ses propos avant de les lancer ? A-t-il réfléchi avant de parler ?

Il est important qu’il reprenne ses esprits pour faire la différence entre musulmans et criminels, entre musulmans et bandits armés. S’il croit réellement au paradis pour ces rebelles, pourquoi lui-même n’est pas au front, car tout bon musulman œuvre et rêve du paradis ? Avec tous les problèmes du Nord, nous n’avons pas besoin de tels propos surtout à Kayes, la région qui, jusqu’à présent, reste une zone apaisée depuis le début des évènements.

Il ne sert à rien de créer d’autres tensions. Un imam doit être un élément modérateur dans les graves circonstances, comme celle-ci.

Affaire à suivre !!!

Aliou B.S SISSOKO

Le Katois du 11 Septembre 2012