Partager


La région de Kayes a tendance à devenir la nouvelle destination touristique du Mali. Les grands Tours opérateurs n’hési­tent plus à orienter leurs clients vers cette région qui recèle de nombreux produits touristiques et culturels. Face à l’affluence des touristes dans cette région, des initiatives sont en cours pour multiplier les infrastructures et les structures d’accueil.

Ainsi, des particuliers et des profession­nels du tourisme sont en train d’investir massivement dans l’hôtel­lerie et la restauration.

Le 16 février dernier, lors de la 3e édition du Festival de Médine, le ministre de l’Artisanat et du Tourisme, N’Diaye Ba entouré des membres de son cabinet, du Directeur général de l’Office Malien du Tourisme (OMATHO), de l’Inspecteur du touris­me de Tambacounda (région orientale du Sénégal) ainsi que de la promotrice du Festival de Médine, Mme NGueguène Alice Dakouo, s’est rendu sur les chutes du Félou situées à 17 km de la ville de Kayes pour procéder à la pose de la première pierre d’un complexe hôtelier.

Cette nouvelle infra­structure hôtelière qui verra le jour en 18 mois et construits sous forme de Bungalow en matériaux locaux est l’oeuvre d’un malien de France, haut cadre de la sécurité socia­le française, Dianguina Cissé. Ce dernier, après avoir découvert que sa maman est originaire du village de Bankassi, s’est rendu sur place pour retrouver ses origines.

C’est lors de ce voyage qu’il est tombé sous le charme des chutes du Félou. Un site naturel d’une beauté extraordi­naire situé sur des collines en forme plate et dont la plage s’étend à perte de vue. De retour en France, Dianguina Cissé n’a pas résisté à la tentation de venir, s’installer parmi les siens. Il prit alors sa retraite afin de venir investir ses économies sur la terre de ses parents. D’où l’idée de la construc­tion de « l’hôtel Félou » (nom du nouveau com­plexe hôtelier).

Avec la pose de la première pierre de cet hôtel, le rêve est devenu une réalité pour Dianguina Cissé. Et c’est dans un élan populaire et solidaire qu’il a été accueilli à bras ouvert par les populations de Lontou et de Bangassi. Ces der­nières qui ont toujours vécu dans la pauvreté et sous les effets néfastes de l’exode rural voient dans cet hôtel la solution à leur problème.

En effet, il est incontestable que « l’hôtel Félou » va relancer l’activi­té touristique et écono­mique dans ces localités enclavées. Les jeunes de ces deux villages n’ont plus besoin dé quitter leur contrée pour aller cher­cher du travail ailleurs. Désormais, le travail est à porté de main. Quant aux braves femmes qui font du maraîchage, elles auront aussi un marché potentiel pour écouler leurs produits.

Le ministre N’Diaye Ba qui a vite compris toute l’importance de cet inves­tissement dans ces zones sinistrées a apporté son soutien au promoteur Dianguina Cissé qu’il a qualifié de digne fils du pays. Aux jeunes de Lontou et de Bangassi, il leur fera savoir qu’ils n’iront plus en exode pour aller chercher du travail.

Il a en outre profité de la cérémonie de pose de la première pierre de ce complexe hôtelier pour offrir gracieusement deux moulins aux femmes de Lontou et de Bangassi.

La construction de cet hôtel sur les chutes du Félou n’est que la suite logique des résultats du Festival de Médine qui, depuis 3 ans, ne cesse d’attirer les investisseurs.

Lors de la 2e édition déjà, un hôtel a été inau­guré à Diboli. Cette ville frontalière a renoué depuis lors avec les activi­tés touristiques et cultu­relles entamant ainsi sa renaissance. Dans la ville de Kayes même, l’inaugu­ration d’un hôtel quatre étoiles « hôtel Kamankolé » lors de la 1ère édition du Festival de Médine a donné un autre visage à la ville.

Avec cet hôtel, Kayes est devenu une destina­tion aussi prisée que la ville de Tambacounda. C’est surtout la restaura­tion en cours du Fort de Médine qui va booster l’activité touristique dans cette région. Ce fort de Médine sera à n’en pas douter le produit phare du tourisme à Kayes.

Ce sont là autant d’atouts qui font de Kayes aujourd’hui une destina­tion touristique très pri­sée.

Birama Fall

22 février 2007.