Partager

Karim Wade, le fils de l’ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin, pour « enrichissement illicite ». D’autres prévenus, dont le nombre n’a pas été précisé, ont été renvoyés devant la CREI, une juridiction spéciale réactivée par le nouveau président Macky Sall après son élection en mars 2012 face à Abdoulaye Wade, selon la même source. Ils sont poursuivis pour « complicité d’enrichissement illicite, assistance et aide ». Au moins deux autres prévenus, dont un ancien conseiller en communication de Karim Wade, ont bénéficié d’un non-lieu. Karim Wade a refusé la semaine dernière de répondre aux questions des juges de la commission d’instruction de la CREI. « Les poursuites contre moi sont politiques et fantaisistes », a-t-il assuré dans une déclaration publique.Le ministre de la Justice, Sidiki Kaba, avait déclaré mardi que Karim Wade aurait droit à « un procès juste et équitable » s’il était traduit en justice. « Tous ceux qui sont impliqués dans la traque des biens supposés mal acquis bénéficient de la présomption d’innocence, y compris Karim Wade ».AFP.