Partager

Dans son intervention lors des débats autour de la déclaration de politique générale, l’honorable Karim Kéita ne s’est pas fait prier pour expliquer que les députés de la majorité sont des alliés du gouvernement mais qu’ils ne seront jamais ses soutiens inconditionnels, ses hommes liges ou ses godillots. «Nous ne serons pas tout le temps forcément alignés et ce pour mieux vous aider et vous accompagner», a-t-il déclaré à l’intention du Premier ministre Moussa Mara.

Le fils du chef de l’Etat a d’abord cité l’adage de l’ex-président Alpha I. Konaré qui disait « Le Mali peut tanguer mais le Mali ne chavirera pas». Il s’est alors félicité que le navire Mali a énormément tangué, après avoir pris de l’eau de toutes parts, mais qu’il n’a heureusement pas sombré.

En effet, a ajouté l’honorable Karim Kéita, la colonne vertébrale du Mali, son armée n’était pas préparée à une guerre d’un genre nouveau, celle livrée par les hordes jihadistes et les narcotrafiquants. Et le député de la Commune II de Bamako de reconnaître que le Mali a besoin d’un outil de défense et de sécurité à la dimension des menaces auxquelles il fait face. « Nous vous incitons donc à mettre un accent particulier sur la dotation de nos forces de défense et de sécurité en moyens financiers et matériels, mais plus encore nous vous exhortons à revaloriser les primes et les salaires. Nous saluons l’élaboration d’une loi de programmation militaire « , a-t-il ajouté à l’endroit de Moussa Mara.

Avant d’inviter le chef du gouvernement à mettre l’accent sur les services de renseignements pour accompagner et orienter l’ambition du président de la République. « Il nous faudra dorénavant être minutieusement attentifs aux mutations géopolitiques de notre sous-région (exemple de la Libye) mais surtout beaucoup plus regardants sur les impacts des crises internationales et leurs conséquences sur notre pays (comme la Syrie ou l’Ukraine) « , a-t-il suggéré.

Il n’a pas manqué d’appeler le gouvernement à surveiller de près les enjeux énergétiques et miniers qui gravitent autour du Mali car, a-t-il souligné, » nous croyons fermement que c’est la racine de la crise qui sévit dans notre septentrion. Maintenant, plus que jamais nous devons construire des forces de défense et de sécurité d’anticipation « . Il a félicité les plus hautes autorités pour l’augmentation du nombre de femmes au sein du gouvernement, surtout à des postes aussi stratégiques que l’économie, les finances, l’éducation, le tourisme et la culture.

Il a rendu hommage à son collègue député, Mme Haïdara Aïssata Cissé dite Chatto pour son combat contre les propagandes des terroristes durant l’occupation du septentrion malien. Karim Kéita a mis un accent particulier sur la communication face aux visées bellicistes des terroristes et autres jihadistes. Car, » qui gagne la bataille de la communication , gagne la bataille de l’information puis finit par remporter la guerre de la compréhension « . Il a également salué l’implication de la communauté internationales dans la sortie de crise au Mali. » Plus que jamais nous nous devons à nous mêmes, à nos familles, à nos enfants et à nos ancêtres, de ne plus jamais laisser avilir entre nos mains ce qu’une succession de siècles a confirmé en nous : l’honneur et la dignité malienne « , a-t-il conclu .

B. SEGBEDJI

06 Mai 2014