Partager

Il fut un temps où chaque semaine, les détracteurs de Karim Keïta et de la famille présidentielle imaginaient un ou plusieurs frasques au compte de l’honorable député. Même des partis politiques de l’opposition dont le PARENA de Tiébilé Dramé s’était donné à ce jeu, en laissant entendre au cours d’un meeting que Karim aurait acheté un avion. Le dire publiquement n’était ni plus ni moins qu’une manière de le présenter comme un « voleur  de deniers publics». Alors que le monde entier sait qu’il ne gère aucun sou de l’Etat. Les maigres ressources, destinées aux missions de la Commission Défense et Sécurité, dans le cadre du contrôle de l’action gouvernementale, sont managées par l’unique député du PARENA de l’Hémicycle, en l’occurrence le très brillant Pr Béridogo.

Rapidement, le parti du bélier blanc a compris que la désinformation n’est pas une bonne arme politique qu’on peut longtemps assumer. Il a reculé même si parfois, il préfère distiller des intoxications, signées par certains en évoquant de « source digne de foi » ou de « source bien informée ».
Les différents démentis cinglants ont diminué la cadence des détracteurs, qui continuent maintenant de façon mensuelle à tomber dans l’imagination fertile pour brouiller la belle image de ce jeune leader, dont le seul tort est d’être le fils d’IBK. C’est ainsi que dans la première décade du mois de juillet dernier, on rapportait par presse interposée que Karim Keïta, en visite à Malabo, a formulé de sérieuses mises en garde à l’ambassadeur du Mali en Guinée Equatoriale, parce que ce dernier ne s’occuperait point de nos compatriotes en difficultés dans ce pays. Alors que l’élu de la commune II n’a jamais été en Guinée Equatoriale et n’a jamais rencontré le diplomate malien résidant à Malabo. C’était pour lui donner une autre mauvaise image celle d’un fils du Président qui s’intéresse à tout et qui manque de respect aux diplomates. Toute chose qui ne colle pas avec la réalité et le sérieux du petit, connu pour sa bonne éducation et le respect de tous (petits, grands, pauvres et riches).

Un mois plus tard, on sort une autre monstruosité, après l’attaque de Nampala pour dire qu’il est immédiatement « parti à Paris pour l’acquisition d’hélicoptères et d’avions de combats». Une manière de le présenter comme celui qui commande et convoite les avions, avec en filigrane…C’est archifaux. Karim est bien à Bamako. Il n’est allé nulle part, encore moins aller chercher des hélicoptères ou des avions de combats. Il nous l’a confirmé par téléphone. Avant de préciser : « Je suis député, je n’ai rien à avoir avec les achats d’avion. Ça se fait à un autre niveau qui ne m’intéresse pas. Cela ne relève de mes prérogatives. Je souhaite bien qu’on ait ses moyens de défense, le plus rapidement possible. Mais, comprenez que ce n’est pas à moi d’aller les chercher. Je suis élu à l’Assemblée nationale et je ne sortirai jamais de mon rôle de député qui consiste à examiner les lois et à contrôler l’action gouvernementale. Toutes mes actions s’inscrivent dans ce cadre ».

Chahana Takiou

Du 11 Août 2016