Partager

Il n’est  « ni demandeur ni preneur » disait Kaou Djim lors des grandes sorties du M5 RFP à la place de l’indépendance. Mais aujourd’hui, la pratique a montré que cet homme là est demandeur de tout et preneur de tout. Nombreux sont ceux qui l’appréciaient à chacune de ses prises de paroles mais aujourd’hui, nombreux sont ceux qui sont convaincus que son combat, c’est sa promotion personnelle.

Voici l’homme qui décrète maintenant la mort du M5- RFP, voici l’homme qui renvoie aux calendes grecques les politiciens maliens après avoir composé avec eux, voilà l’homme qui interdit le siège de la CMAS à ses anciens collaborateurs. Le voilà mue en ardent défenseur des militaires du CNSP. Comme si dans son entendement certains maliens étaient contre nos vaillants soldats. Quelle mauvaise appréciation de sa part ! Bref, pourquoi cet homme est-il devenu si bavard, aimant s’afficher devant les écrans de la télé. Tant pis pour ces grands intellectuels du M5 -RFP, tant pis pour ses politiciens aguerris du M5- RFP. Eux qui se sont laissé mener par les bouts du nez par les messieurs de la CMAS. Quelle naïveté les a poussés à ne pas entrevoir ce que préparait en sourdine l’autorité morale de leur mouvement, Kaou Djim et la CMAS.

Ces grands intellectuels, ces grands politiciens de notre pays se sont vraiment laissé avoir dans cette barque à destination cachée. Après les avoir exploités et sucés, les voilà jeter par Kaou Djim comme cette peau d’orange. Ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes, à leur naïveté, sinon depuis le tout début, la trahison se lisait à l’horizon. Alors, le vin est tiré et il faut le boire, le boire amèrement nos bons politiciens du comité stratégique de M5- RFP. L’homme averti sait que nous sommes dans un monde changeant, et les alliances se font et se défont mais que les hommes sont jugés après leur parcours. Quand tu fais bien, ce bien te suivra. Quand tu fais mal, ce mal te suivra. Quand on veut jouer les premiers rôles dans ce pays, il faut savoir bâtir sa personnalité qui est basée sur la sincérité, la franchise et le respect de la parole donnée.

En effet, c’est le respect de la parole donnée qui fait le respect et la force d’un homme. Quand on est convaincu de ses idées, il faut y rester ferme, peu importe. Celui qui se laisse manipuler comme la feuille que le vent emporte ne mérite pas d’être écouté. La trahison ne sied à aucune société et celui qui s’en fait l’écho finira par perdre tout crédit car, au bout du rouleau, personne ne voudra collaborer avec lui. Le gentleman Kaou Djim devait avoir beaucoup de retenue vis-à-vis de ses anciens camarades du M5 RFP. Malheureusement l’homme est sans expérience et c’est cela qui va le desservir même si lui-même ne s’en rend pas compte. Il lui sera très difficile d’avoir la confiance de nombreux maliens parce qu’il n’a pas su être cet espoir suscité. S’il ne fait pas attention, il risquerait d’être pire que ses politiciens sur lesquels ils jettent l’anathème. L’homme doit savoir que des gens avec lesquels on a dignement collaboré, des gens qui ont contribué à votre ascension, il leur faut du respect malgré les vicissitudes de l’histoire.

La roue de l’histoire tourne toujours mais l’homme sage s’est toujours s’y maintenir.

Abdoulaye YERELE

Source: Ségou Tuyè