Partager

Kanadjiguila et Mamarybougou sont deux quartiers périphériques voisins situés sur la route de Guinée à la sortie de Sébénicoro. Comme dans les autres quartiers périphériques de la capitale, là il n’y a pas d’électricité et les bandits de grand chemin y ont élu domicile.

Pour s’éclairer la nuit et faire tourner leurs téléviseurs, ceux qui ont quelques moyens se sont équipés de panneaux solaires. Il en est ainsi dans les mosquées. Ce qui permet au muezzin, à travers son micro, d’être bien entendu par les fidèles lorsqu’il les appelle à la prière.

Mais quelle ne fut la surprise des habitants du quartier de découvrir, mardi dernier, le cadavre du gardien de la mosquée de Kanadjiguila sur lequel les bandits avaient tiré à bout portant pour pouvoir s’emparer du panneau solaire. La même nuit, ils ont aussi «descendu» un particulier, également à cause de son panneau solaire. Ce dernier se trouve actuellement aux urgences de l’hôpital Gabriel Touré dans un état critique.

Ainsi, après le vol des chaussures et des tapis de prière dans les mosquées, c’est au tour des panneaux photovoltaïques de mettre les gens en insécurité. Que deviendra-t-on si les hommes ne craignent plus Dieu ? Partout on profane les cimetières pour réveiller nos morts et les mosquées pour des questions sordides.

Un projet existe qui prévoit de rattacher Kanadjiguila et Mamarybougou à la Commune IV du District de Bamako et, partant, de les électrifier mais les choses traînent en longueur alors que la route Mali-Guinée est déjà terminée au niveau de ces deux quartiers.

Il existe bien un poste de contrôle à la sortie de Sébénicoro doté de la police, de la gendarmerie et de la douane, mais les agents sont davantage préoccupés à traquer les trafiquants venant de la Guinée qu’à assurer la quiétude des populations des quartiers périphériques. Voitures d’occasion, motos Jakarta, drogue et cigarettes en tous genres, la route Mali-Guinée est devenue le lieu de prédilection de tous ceux qui nagent en eau trouble.


Mamadou Lamine Doumbia

Républicain du

11 Juillet 2008