Partager

Le mercredi 27 novembre à Kalaban Coro un vieil homme a réussi à faire disparaître le sexe de deux jeunes hommes. Cette affaire n’a été résolue que devant le commandant de la brigade de gendarmerie de Kalaban Coro.

La cour de la brigade territoriale de lagendarmerie de Kalanban coro était noire de monde le mercredi 27 novembre dans l’après midi. Il s’agissait d’une immense foule de curieux et de mécontents voulant savoir le sort réservé à un vieillard. Et pour cause, celui-ci qui a choisi de faire le muet aurait commis un terrible forfait, bien marrant, mais assez sérieux. Faire (pas rétrécir), mais disparaitre le sexe à deux jeunes gens. N’eut été la promptitude des hommes du commandant de Brigade, Cheick Boukader, la foule était décidé à régler le compte à ce vieillard.

En effet, il était environ 14h quand le vieil homme qui était de passage salua un groupe de jeunes en train de prendre du thé devant la famille Traoré à Kalaban coro, non loin de la gendarmerie. L’homme habillé en boubou blanc, comme par signe de respect serre tour à tour la main à ces jeunes. Surpris par la gentillesse du vieux certains d’entre eux, comme par instinct refusent de tendre la main au vieux. Simultanément deux des jeunes, à qui le vieux avait donné la main, constatent qu’ils n’avaient plus leur chose en place, comprenez : le pénis dans le pantalon. Il s’agit de Soumaïla Traoré, âgé de 25 ans élève d’une école coranique et son frère aîné Karim Traoré, âgé de 28 ans, lui chauffeur de son état. Les deux victimes prient de panique, ne savaient plus à quel saint se vouer. C’est ainsi qu’aider par leurs amis, ils arrivent à mettre la main sur le vieux ‘’sorcier’’, très vite. Et celui-ci a failli être lynché par la foule, si la gendarmerie n’avait pas intervenue à temps.

Par rapport à l’identité du vieillard, il faut l’apport d’un autre sorcier. Car, celui-ci malgré toutes les menaces des gendarmes refusent d’ouvrir la bouche, à fortiori, décliner son identité. Tout ce qu’on peut dire de lui est qu’il est barbu, de teint noir et relativement âgé. Sinon, souffrez qu’on ne vous dise pas, ni son nom, ni sa nationalité, car au moment où nous quittions la gendarmerie, il avait catégoriquement refusé de parler.

Mais après un interrogatoire musclé, suivi de signes de menace, il a quand même permis à Soumaïla et Karim de retrouver leur ‘’chose’’. Quant au vieux sorcier, il a été enfermé dans une cellule à part. Car les autres prisonniers ont catégoriquement refusé de cohabiter avec un tel ‘’diable-homme’’, histoire de ne pas subir le même sort que les frères Traoré.

L.N

Tjikan du 29 nov 2013