Partager

Dans la nuit du 19 au 20 juillet, des individus non identifiés ont tiré à bout portant un jeune de 25 ans à Kalaban – Coro Koulou bléni. La victime n’a pas survécu aux charges des balles.

Moussa Traoré, 25 ans, résident au quartier Kalaban – Coro Koulou Bléni a été abattu à l’aide d’un pistolet de fabrication artisanale. La brigade territoriale de gendarmerie de ce quartier est toujours aux trousses des responsables de ce meurtre qui, à priori, s’apparente à un règlement de compte. Les circonstances de cet assassinat restent toujours confuses.

Selon nos informations, il était presque deux heures du matin, lorsque la victime qui devait raccompagner l’une de ses copines nommée K. S, chez elle, fut interceptée par un groupe d’individus. Les deux personnes auraient étéencerclées puis, ignorant la présence de Moussa, ces malfrats tenteront de violer sa dulcinée.

Face à l’opposition du jeune homme, les bandits ouvrent le feu et le tuent. Prise de panique, la jeune fille prend la tangente avant de revenir sur ses pas quelques minutes après. Plus tard elle expliquera aux curieux attroupés sur la scène du crime qu’il s’agissait d’un groupe de personnes dont elle ignore l’identité.

D’après de nombreux sources, les soupçons du voisinage portaient sur une fille que Moussa fréquentait également, et avec laquelle il aurait passé les «premières heures» de la nuit avant de l’abandonnée au profit de Mah. Il est à noter que le trio amoureux habite la même Rue dans le quartier et du fait qu’aucun objet de la victime n’ait été emporté par les meurtriers, tout portait à croire qu’il s’agissait d’une vengeance orchestrée par la rivale de K S. Mais selon des informations de source sécuritaire, ce meurtre serait l’œuvre «d’un jeune drogué» qui a l’habitude des viols dans le quartier et pour le moment, il est toujours introuvable…

Avec ces deux versions , l’on ne peut que s’armer de courage pour connaitre le fin mot de l’histoire. Mais une chose est sure, les deux amies de moussa, assises côte à côte sur un banc dans la cour de la brigade de gendarmerie, étaient inconsolables le 20 juillet et elles n’avaient qu’un seul désir : que leur tendre moitié soit toujours là…

Affaire à suivre.

Seydou Coulibaly

21 Juillet 2011.