Partager

Le président congolais Joseph Kabila a créé la surprise en nommant jeudi Samy Badibanga comme Premier ministre, un député issu de l’opposition mais radié depuis plusieurs années par son parti, ce qui pourrait diviser encore un peu plus l’opposition. »Est nommé Premier ministre Badibanga Ntita Samy », président du premier groupe parlementaire de l’opposition à l’Assemblée nationale, indique une ordonnance présidentielle lue à la télévision publique. Âgé de 54 ans et élu de Kinshasa, M. Badibanga était l’adjoint de Vital Kamerhe, modérateur de l’opposition au « dialogue national » et initialement donné favori à ce poste de Premier ministre. A l’issue de ce dialogue, un accord politique a été signé le 18 octobre entre la majorité et une frange minoritaire de l’opposition en République démocratique du Congo. Les signataires ont convenu du report des élections à une date indéterminée et de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale dirigé par un Premier ministre de l’opposition. Mais cet accord est rejeté par le « Rassemblement », qui représente la majeure partie de l’opposition réunie autour du parti de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui avait boycotté ce forum. M. Badibanga est originaire de la province du Kasaï-Oriental (centre) comme M. Tshisekedi. Homme d’affaires actif dans le secteur du diamant, M. Badibanga est le président du groupe parlementaire UDPS à l’Assemblée. En février 2012, les 42 membres de ce groupe avaient été radiés par M. Tshisekedi, pour n’avoir pas respecté son mot d’ordre interdisant aux élus UDPS de siéger. Ainsi, pour le politologue congolais Justin Kankwenda Mbaya, « Samy Badibanga est une solution cosmétique » parce que « le choix de ce renégat de l’UDPS vise à diviser ce parti », a-t-il commenté jeudi auprès de l’AFP. Ce choix vise aussi, selon lui, à « séduire les militants de l’espace kasaïen » historiquement acquis à la cause de l’opposition. La police et les témoins ont indiqué à l’AFP que des heurts ont éclaté entre 15h00 et 17h00 (14h00 et 16h00 GMT) autour de la résidence de M. Tshisekedi.
AFP