Partager

A la veille de la fête de l’indépendance en RDC, le président Kabila a prononcé un discours, ce mercredi 29 juin. Pour le président Kabila, le pays fait toujours « aux mêmes menaces qu’au lendemain de son indépendance ». Le chef de l’Etat congolais dénonce « les ingérences étrangères, intempestives et illicites dans les affaires intérieures » de la RDC, rappelant que le Congo est un pays souverain qui souhaite « des partenariats constructifs ». Le président congolais a également évoqué les martyrs qui ont payé un lourd tribut pour que « vive la patrie toujours et perpétuellement en danger ». « J’ai eu à l’esprit l’impérieuse nécessité d’engager la classe politique à conjurer les contestations intempestives des calendriers publiés sous des pressions diverses et celle prévisible d’un fichier électoral qualifié de peu fiable », a ajouté le chef de l’Etat congolais. Joseph Kabila assure que l’option du dialogue est portée « à bout de bras par l’ensemble de notre peuple et même la majorité de la classe politique ». « Une option pour moi irréversible », insiste le président Kabila. « A tous ceux qui pensent que l’histoire de ce pays devrait toujours s’écrire en lettres de sang et par d’autres », le chef de l’Etat congolais répond : « Notre peuple est mûre, il connait parfaite- ment où se trouvent ses intérêts et comment en assurer leur défense ». RFI