Partager

Du lundi 23 au dimanche 29 mai 2016 à Bamako, se tient la 2ème édition des Journées théâtrales Guimba national au Palais de la culture. Cette nouvelle a été donnée lors d’une conférence de presse animée par certains acteurs de la culture malienne comme l’ex-ministre de la Culture, Cheick Oumar Sissoko, Habib Dembélé, Kari Coulibaly et leur assistante de scène, Françoise Wasservogel, à Kora Films/ Magnambougou. C’était le 19 mai 2016.

Initiées par l’Association Guimba national, ces Journées théâtrales visent à redévelopper la culture théâtrale du Mali et à la transmettre d’une génération à l’autre ; à faire découvrir le savoir et le savoir-faire des jeunes talents, tout en les dissuadant de risquer leur vie sur la mer ou dans le désert. Le thème retenu pour ces Journées théâtrales Guimba national 2016 est : «La réconciliation nationale».

Pour Françoise Wasservogel, les organisateurs de ces Journées ont choisi de mettre la comédie au service de la réconciliation nationale, car actualité l’oblige. «Cet événement va mettre en compétition plusieurs troupes du Mali, de Kayes à Kidal», a-t-elle précisé.

À la question de savoir pourquoi cette deuxième édition a pris du retard, Cheick Oumar Sissoko, ex-ministre de la Culture, membre actif de la Commission d’organisation desdites Journées et l’un des conférenciers répond : «La cérémonie de cette année a pris du retard à cause du décès de la femme d’Habib Dembélé dit Guimba national».

Selon Guimba national, à travers l’organisation de cette compétition entre artistes de la scène, ces Journées théâtrales ambitionnent de contribuer à la réparation du tissu social malien fortement mis à mal depuis le début de la crise qui a fait tanguer le Mali depuis plusieurs années maintenant. Avant de poursuivre : «Si l’argent est le nerf de la guerre, faisons en sorte que la culture soit le muscle de la paix».

Prenant la parole, Tidiane Sangaré, directeur de l’Institut national des arts (INA), a félicité et encouragé l’initiateur de l’événement pour le travail déjà abattu. Il a réitéré la volonté de sa structure à accompagner la Commission théâtrale Guimba national.

À en croire le cinéaste Kari Coulibaly, les troupes inscrites ont été présélectionnées par région par la Direction nationale de l’action culturelle (DNAC), via les Directions régionales de la culture. «Ces Journées se dérouleront entre le Palais de la culture et le Carrefour des jeunes, en mettant en compétition les différentes troupes retenues, comme Hanna de Gao, Saboucnouman de Kayes, Tisrawt de Kidal, Fereba de Koulikoro, Venise de Mopti, Fooli de Ségou, Tatunu-Grin de Sikasso, Lassal Terey Horey de Tombouctou et Anw Jigi Art du District de Bamako», a-t-il expliqué.

Selon les conférenciers, le public retrouvera Guimba, Michel et d’autres jeunes talents de la scène théâtrale au cours de ces Journées. Pour eux, Habib dit Guimba est un monument vivant du théâtre africain. Acteur phare du processus de démocratisation du Mali à travers ses rôles dans les grandes pièces d’Ousmane Sow, véritables tremplins de conscientisation du peuple malien, précurseur du «One Man show» au Mali, Habib Dembélé veut, à travers ces Journées, partager et transmettre son expérience professionnelle ; préparer la relève pour assurer l’avenir ; redonner au Mali sa place dans le monde des arts et de la culture mondiale ; contribuer à la réconciliation de l’ensemble des Maliens ; et aider le Mali à redevenir le grand pays qu’il était au temps des indépendances.

Rappelons que ces Journées ont démarré lundi 23 mai et prendront fin ce dimanche 29 mai, au Palais de la culture.

Ousmane DIAKITE et Assétou SAMAKE/Stagiaires

Le Reporter Mag du 27 Mai 2016