Partager

Les banques entendent intéresser le public à leurs produits et offres et s’impliquer dans une réponse durable à la crise économique

La 4ème édition des Journées des banques et établissements financiers du Mali se tiendra les 16 et 17 mai prochain. Il s’agit de l’activité annuelle phare de l’Association des professionnels des banques et établissements financiers de notre pays (APBEF). L’annonce de l’événement a été faite mercredi par le président de cette association, Moussa Alassane Diallo, lors d’une conférence de presse organisée à cet effet au siège de l’institution à Sébénicoro.

Cette année, les Journées des banques développeront deux thèmes majeurs : le rôle des banques dans la relance de notre économie et le système sous-régional de paiement par cartes bancaires nommées cartes GIM-UEMOA. Ces journées s’articuleront sur trois événements : le salon-exposition des banques et établissements financiers, les conférences débats et la nuit des banques et établissements financiers. Il est également prévu l’édition d’une plaquette (Guide), la projection de films documentaires sur l’accompagnement des banques aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises et l’aménagement d’espaces d’écoutes et de discussions des banques avec leurs clients.

Pour le président de l’APBEF, Moussa Alassane Diallo, cet événement annuel des banques et établissements financiers maliens vise à créer un cadre permanent de rencontre et de concertations entre eux et le grand public, afin de promouvoir les produits et services qu’ils proposent.

Ces journées permettront également d’informer la population des offres bancaires voire de promouvoir la bancarisation. « Le salon-exposition qui constitue l’innovation majeure, cette année, sera un espace de rencontres, d’échanges et de promotion des produits et services des banques. Les échanges directs entre les banquiers eux mêmes d’une part et entre les banquiers et les visiteurs permettront à la population de disposer de toutes les informations nécessaires sur les différentes banques et de découvrir et même comparer les produits et services des banques maliennes », a t-il indiqué.

La conférence débat, annonce Moussa Alassane Diallo, regroupera autour des banquiers, tous les acteurs du monde des affaires ainsi que l’administration. « En effet, la relance économique et la reconstruction de notre pays requièrent les efforts conjugués de tous les secteurs de développement de notre pays dont les banques en premier lieu, car l’implication des banques et des institutions de financement s’avère fondamental pour une relance durable.

Depuis août 2013, les banques ont amorcé leur retour dans les régions du Nord. Le système bancaire participe activement au développement des régions du nord du Mali à travers des financements de projets et programmes initiés par l’État, les opérateurs économiques, les Ong et les bailleurs de fonds. Donc la présence des banques, dans le septentrion contribue à la promotion et au développement de nombreux secteurs : commercial, agricole, artisanal, des petites et moyennes entreprises », a analysé le banquier.

Ainsi, indique le patron de l’APBEF, pour apporter une réponse durable à la crise économique et mettre les entreprises à l’abri des chocs endogènes et exogènes, l’association a décidé de mobiliser tous ses membres et les mettre en synergie dans une démarche structurée et volontariste au service d’un plan permettant de réaliser les objectifs de relance durable de l’économie. « Le schéma de relance économique proposé par notre association repose sur des mesures qui sont de nature à assurer le renforcement des activités des entreprises en difficulté, le redémarrage des entreprises en cessation d’activités et la consolidation de la situation financière des entreprises en activité », précise Moussa Alassane Diallo.

Il est opportun, juge-t-il, que l’Etat apporte son appui aux banques pour renforcer leur capacité de financement à moyen et longs termes par la mise à leur disposition de lignes de crédit à des taux concessionnels qui seront négociées par l’Etat pour être rétrocédées aux banques.

Ces mesures permettront, de son point de vue, de résoudre en partie le problème de disponibilité en ressources longues des banques pour faire face aux financements des besoins en investissements des entreprises. Moussa Alassane Diallo a invité le public à s’approprier ces journées pour mieux comprendre les services et produits présentés afin de créer une nouvelle relation avec les banques et établissements financiers du pays.

D. DJIRE

Essor du 18 Juin 2014