Partager

Le ministre Guindo a rappelé que l’initiative traduit la volonté du président de la Transition, le colonel Assimi, de revaloriser les légitimités traditionnelles dont la place au sein de la communauté et le rôle dans la gestion des conflits sont essentiels dans notre pays

Le ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, a animé, vendredi dernier dans les locaux de son département, une conférence de presse pour annoncer la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale des légitimités traditionnelles. C’était en présence de ses collaborateurs.

«La journée du  11 novembre, dédiée aux légitimités traditionnelles, sera    célébrée sur l’ensemble du territoire national et la cérémonie officielle est prévue au Centre international de conférences de Bamako»,  a déclaré le conférencier.  Le ministre Guindo a aussi déroulé les activités programmées, notamment des conférences-débats, des consultations médicales en ophtalmologie et en géronto-gériatrie, des jeux concours sur le rôle et la place des légitimités traditionnelles. Il est aussi prévu une exposition photos et d’autres manifestations culturelles à l’occasion de cette journée.    

  Selon le conférencier, le rôle des légitimités traditionnelles dans la gestion des conflits et la promotion de la paix et de la cohésion sociale dans notre pays n‘est plus à démontrer. Ce qui justifie amplement le choix du thème de cette première édition intitulé : «Place et rôle des légitimités traditionnelles dans la promotion de la paix, de la cohésion sociale et la refondation de l’État».

Et le ministre en charge de l’Artisanat et de la Culture de soutenir l’engagement du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, pour la restauration de la paix et de la cohésion nationale à travers le décret n° 2022-0128/PT-RM du 4 mars 2022, instituant le 11 novembre comme la Journée nationale des légitimités traditionnelles.

Cette journée traduira la volonté des plus hautes autorités de la Transition, notamment du chef de l’état, de conférer une gouvernance vertueuse, ancrée dans les valeurs sociétales de notre pays. Il s’agit en substance, selon le conférencier, de revaloriser ceux qui ont toujours joué un rôle de régulateur social au sein de leurs communautés et qui se sont investis pour amorcer le développement socioéconomique et culturel de leurs localités. 

Ainsi, les attributions et rôles des chefs de village, de fraction et de quartier sont adossés aux dispositions législatives et réglementaires qui consacrent la prééminence de nos us et coutumes dans les conditions de désignation de ces autorités.

Enfin, le ministre Andogoly Guindo a invité la population à participer massivement à la fête. Cette vision du président de la Transition vise à faire de notre pays, une nation de paix et cohésion.

Source: L’Essor