Partager

Notre pays a célébré hier, à l’instar de la communauté internationale, la Journée internationale des télécommunications et de la société de l’information.

Une conférence débat a été organisée à cette occasion à l’hôtel Radisson, sous la présidence du ministre de la Communication, de la Poste et des Nouvelles Technologies, porte-parole du gouvernement, Hamadoun Touré, et en présence de son homologue de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Alwata Ichata Sahi.

La communauté internationale a retenu cette année le thème : « Les femmes et les jeunes dans le secteur des technologies de l’information et de la communication ». Notre pays a initié une conférence débat sur une déclinaison de ce thème : « Femmes et TIC, comment combler la fracture numérique ? ». Mme Alwata Ichata Sahi a jugé que ce thème cadrait tout a fait avec les priorités du gouvernement, notamment le Projet de renforcement des capacités de femmes qui a notablement contribué à l’appropriation des TIC par les Maliennes. Mme Alwata Ichata Sahi a rappelé que les femmes représentent plus de 51% de la population et souhaité le renforcement des initiatives ouvrant l’accès des femmes au TIC.

Le ministre Hamadoun Touré a expliqué le choix d’une conférence débat par la volonté de rompre avec les manifestions habituelles de commémoration de cette importante journée. Le 17 mai, a-t-il rappelé, marque l’anniversaire de la première convention télégraphique internationale et de la création de l’Union internationale des télécommunications (UIT), dirigée actuellement par notre compatriote, Hamadoun Touré. C’est le Sommet mondial de la société de l’information qui a déclaré le 17 mai, Journée mondiale de la société de l’information, commémorée depuis 2006 par les pays membres de l’UIT.

Tout en soulignant l’importance du thème retenu pour la journée et le contexte particulier de la célébration dans notre pays, le ministre Hamadoun Touré a exprimé son soutien à nos compatriotes vivant dans les zones occupées par les rebelles. « Nous avons une pensée émue pour tous nos compatriotes du Nord et en particulier pour les femmes et jeunes filles qui vivent aujourd’hui une fracture géographique et même numérique. Nous ne les abandonnerons jamais », a-t-il promis. Le rôle de la femme et de la jeune fille dans la vulgarisation et la promotion des TIC et surtout le bénéfice qu’elles peuvent en tirer ne sont plus à démontrer, a jugé le ministre pour qui la fracture numérique entre le Nord et le Sud ne sera effectivement refermée que lorsque la citoyenne lambda aura accès au savoir et au savoir-faire dans les mêmes conditions que les hommes dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

La conférencière, Mme Aminata Maïga, a souligné que les préjugés, mais également la discrimination sont le principal obstacle à l’accès des femmes au TIC. « Notre pays et ses partenaires ont consenti des efforts de vulgarisation et d’appropriation des TIC par les femmes à travers notamment la création des Centres locaux d’information et de la communication (CLIC), ou encore les Centres multimédias et de communication (CMC) », a noté la conférencière qui a révélé qu’une étude établit que les femmes ont 35% moins de chances d’accéder aux TIC dans certains pays parmi lesquels le nôtre. Mme Aminata Maïga a naturellement plaidé pour un accès accru des femmes et des filles aux avantages des TIC.

Vendredi 18 mai 2012, par Baye Coulibaly

Essor